On a vu "Wadjda" d’Haifaa al Mansour, la première réalisatrice d'Arabie saoudite

On a vu "Wadjda" d’Haifaa al Mansour, la première réalisatrice d'Arabie saoudite
On a vu "Wadjda" d’Haifaa al Mansour, la première réalisatrice d'Arabie saoudite
Alternant douceur et violence, Haifaa al Mansour dépeint dans son premier film la société saoudienne, celle dans laquelle elle a grandi. Sans sombrer dans le pathos, la réalisatrice narre l'histoire de Wadjda, cette gamine qui ne rêve que d'avoir un vélo pour faire la course avec son copain Abdullah. Un moyen idéal d'évoquer pèle-mêle la condition des femmes, les us et coutumes de la société et le quotidien de la population en Arabie saoudite.
A lire aussi
Nouvelle femme de cinéma : les confidences de la réalisatrice Pia Marais
News essentielles
Nouvelle femme de cinéma : les confidences de la...

On a aimé

Wadjda (interprétée par Waad Mohammed), la fillette qui n'a peur de rien, même pas de la directrice de son école, pourtant loin d'être commode. Elle représente à elle seule la volonté d'émancipation des Saoudiennes dont la vie est saturée de contraintes

Les thèmes abordés et plus particulièrement les soucis liés à la polygamie dans un couple. La mère de Wadjda, jouée par Reem Abdullah, est sans cesse tiraillée entre la passion pour son mari et son envie de lui plaire, et les traditions qui l'obligent à souffrir en silence et à accepter qu'il se marie avec une autre femme.

La complicité entre Wadjda et Abdullah (le jeune acteur Abdullrahman Al Gohani). Il est conscient des interdits, sait que Wadjda défie les traditions mais il l'admire pour son courage et sa bravoure. Même si elle est une fille, elle est son modèle.

La relation entre Wadjda et sa mère, très développée, à la fois forte et intense. Elles se liguent contre le père absent, contre le joug de l'école coranique, contre les traditions qui marient les fillettes dès qu'elles ont leurs premières règles

La réplique

« Tu as déjà vu une fille faire du vélo ? », « Si tu en fais (du vélo), tu ne pourras pas avoir d'enfant » : un résumé parfait des premières réactions que provoque Wadjda chez sa mère lorsqu'elle évoque son projet d'acquérir un vélo.

L'info (in)utile

Haifaa al Mansour est la première Saoudienne à réaliser un film dans son pays... qui ne compte aucune salle de cinéma. 

La note de Terrafemina

Scénario : 7,5/10 ; Acteurs : 9/10 ; Originalité : 9/10 ; Bande-son : 8/10

Synopsis

Wadjda, dix ans, habite dans une banlieue de Riyadh, capitale de l'Arabie saoudite. Issue d'un milieu conservateur, Wadjda est une fille pleine de vie, et cherche toujours à en faire plus que ce qui lui est permis. Après une bagarre avec son ami Abdullah, elle aperçoit un beau vélo vert à vendre. Elle le veut à tout prix, pour pouvoir le battre à la course. Mais la mère de Wadjda lui interdit, redoutant les répercussions d'une société qui conçoit les vélos comme une menace pour la vertu d'une fille. Wadjda décide alors de trouver l'argent par ses propres moyens, déterminée à se battre pour défendre ses rêves.

Découvrez la bande-annonce de « Wadjda »



Durée : 1h37, en salle le 6 février 2013