On a vu "Arrêtez-moi" avec Sophie Marceau et Miou-Miou : huis clos poignant sur les violences conjugales

On a vu "Arrêtez-moi" avec Sophie Marceau et Miou-Miou : huis clos poignant sur les violences conjugales
On a vu "Arrêtez-moi" avec Sophie Marceau et Miou-Miou : huis clos poignant sur les violences conjugales
Dans cette photo : Sophie Marceau
Après la « Journée de la jupe » en 2008, Jean-Paul Lilienfeld s'attaque dans « Arrêtez-moi » aux violences faites aux femmes. En réunissant dans un commissariat Sophie Marceau et Miou-Miou, le réalisateur adapte librement le roman de Jean Teulé, « Lois de la gravité » (Ed. Julliard). Et le résultat est sans appel : le huis clos entrecoupé de flash-back tournés en caméra subjective est efficace, réaliste et poignant.
A lire aussi
Le maire de Cabourg condamné pour violences conjugales : deux pétitions demandent sa démission
News essentielles
Le maire de Cabourg condamné pour violences conjugales :...

On a aimé

Le rythme dichotomique du film : d’un côté, les longs plans fixes du face à face entre Miou-Miou (le lieutenant Pontoise) et Sophie Marceau (la victime), parfois interrompus par l’irruption de Yann Ebonge (Joliveau, le flic en uniforme) ; de l’autre, les scènes filmées en caméra subjective par la victime, qui s’enchaînent très rapidement et dont le mouvement est incessant.

La lutte contre les violences conjugales rarement abordée sous cet angle : une femme victime de violences dénonce son propre crime contre son mari, posant la question de la frontière entre meurtre et légitime défense. Une femme qui agit surtout pour réhabiliter son image et se sortir de ce statut de martyr qu'elle abhorre.

Miou-Miou, en policière autoritaire et froide, qui comprend et légitime le crime de la victime, en partie en raison de son propre vécu.

La réplique

« Je n’ai pas fait que subir comme ça » : Sophie Marceau (la victime) conclut ses aveux sur cette phrase pour expliquer son auto-dénonciation. En se rendant à la police la veille de la prescription de son crime, elle reprend sa vie en main. Pour refermer ses blessures, il faut qu'elle quitte son statut de victime : c’est bien elle qui a poussé son mari, qui a décidé d’en finir.

L’info (in)utile

Miou-Miou a, dans un premier temps, refusé de jouer la victime pour une adaptation au théâtre de « Lois de la gravité ». L’actrice, qui est la compagne à la ville de Jean Teulé (l’auteur du roman), se trouvait trop âgée pour interpréter ce rôle mais s’intéressait déjà au personnage de Pontoise, qui, dans le livre est un homme. Quand Jean-Paul Lilienfeld a décidé, pour le grand écran, de le transformer en femme, elle a immédiatement accepté le rôle.

La note de Terrafemina

Scénario : 9/10 ; Acteurs : 7/10 ; Originalité : 8/10 ; Bande-son : 7/10

Synopsis

Un soir, une femme se rend dans un commissariat pour confesser le meurtre de son mari violent, commis il y a plusieurs années. Seulement plus la policière de permanence interroge cette femme, plus elle connaît sa vie, moins elle a envie de l’arrêter. Pourquoi cette femme que personne ne soupçonnait veut-elle absolument être reconnue coupable ? Pourquoi cette policière ne veut-elle absolument pas l’arrêter ? L’une des deux gagnera. Mais que veut dire gagner dans ce genre de circonstances ?

Découvrez la bande-annonce de « Arrêtez-moi » 



Thriller de Jean-Paul Lilienfeld avec Sophie Marceau et Miou-Miou.

Durée : 1h39, en salle le 6 février 2013