« Ma part du gâteau » de Klapisch : la crise économique sur grand écran

« Ma part du gâteau » de Klapisch : la crise économique sur grand écran
« Ma part du gâteau » de Klapisch : la crise économique sur grand écran
Dans cette photo : Gilles Lellouche
Après « Le péril jeune », « L’auberge espagnole », « Les poupées Russes » et « Paris », le réalisateur Cédric Klapisch revient avec « Ma part du gâteau ». Une comédie sociale sur fond de crise économique, en salle aujourd’hui.
A lire aussi

Ouvrière à Dunkerque, France (Karine Viard) tente de se suicider après son licenciement pour motif économique. Grâce au soutien et à l’amour de ses enfants, elle reprend peu à peu goût à la vie et part s’installer à Paris. Dans la capitale, elle trouve rapidement un emploi de femme de ménage au service de Steve (Gilles Lellouche), un trader, fortuné mais cynique, à qui tout réussi.
Malgré les disparités sociales qui les opposent, l’ouvrière et le golden boy se rapprochent, devenant vite inséparables. L’histoire aurait pu s’arrêter là, si France n’avait pas découvert que le responsable de la fermeture de son usine, n’était autre que son patron. Elle décide alors de se venger mais surtout, de montrer à Steve les conséquences de ses actes.
Avec « Ma part du gâteau », en salle aujourd’hui, Cédric Klapisch évoque le contexte économique morose et la lutte des classes au moyen d’une comédie sociale dramatique.

Voir la bande annonce du film


VOIR AUSSI

«We want sex equality », une comédie sociale et instructive
« Vents de sable, Femmes de roc » : Interview Nathalie Borgers
Cinéma : « Les Femmes du 6ème étage », de Philippe Le Guay