Steven Spielberg et Rupert Sanders : Napoléon à l'assaut d'Hollywood

Steven Spielberg et Rupert Sanders : Napoléon à l'assaut d'Hollywood
Steven Spielberg et Rupert Sanders : Napoléon à l'assaut d'Hollywood
Dans cette photo : Steven Spielberg
Deux projets de fiction sur Napoléon sont en préparation à Hollywood : une série pour la télévision sous la houlette de Steven Spielberg et un film réalisé par Rupert Sanders pour la Warner.
A lire aussi


Napoléon est en vogue à Hollywood. La vie de l’Empereur va faire l’objet d’une adaptation américaine produite par les studios Warner. Aux manettes de ce biopic, Rupert Sanders, qui a réalisé le film Blanche-Neige et le Chasseur avec Kristen Stewart en 2012. Si aucun acteur n’est encore pressenti, il ne fait nul doute que le rôle de l’Aigle va susciter bien des convoitises.

Le projet mythique de Kubrick

Par ailleurs, Steven Spielberg a annoncé son intention de reprendre le projet de film de Stanley Kubrick sur l’Empereur pour en faire une sérié télévisuelle. Le réalisateur de Shining rêvait en effet de retracer la vie de Napoléon sur grand écran et avait compilé une documentation impressionnante pour son travail de recherches préliminaires. Après A.I. Intelligence Artificielle, réalisé par Steven Spielberg d’après une idée de Kubrick, le réalisateur d’E.T. s’attaque donc à Napoléon.

Une kyrielle d’adaptations

La vie de Napoléon a fait l’objet de nombreuses adaptations cinématographiques : parmi elles, Désirée, de Henry Koster en 1954, Napoléon de Sacha Guitry, en 1955, Austerlitz d'Abel Gance en 1960, Waterloo de Serge Bondartchouk, en 1970, The Emperor’s New Clothes d’Alan Taylor en 2001. Antoine de Caunes s’est également frotté à l’Empereur avec Monsieur N. en 2003. Enfin dans un registre plus comique, Alain Chabat a incarné Napoléon dans La nuit au musée 2 de Ben Stiller.

VOIR AUSSI

Le biopic sur Lady Di lynché par les critiques
Cinéma : Johnny Depp dans un biopic sur les Beatles ?
La bague de fiançailles offerte par Napoléon à Joséphine vendue 900 000 euros
Steven Spielberg : « Quand un film en 3D est bon, on oublie la 3D »