"Les Trois frères" le teaser : quatre bonnes raisons d'être impatients que les Inconnus reviennent au ciné

"Les Trois frères" le teaser : quatre bonnes raisons d'être impatients que les Inconnus reviennent au ciné
"Les Trois frères" le teaser : quatre bonnes raisons d'être impatients que les Inconnus reviennent au ciné
Dans cette photo : Pascal Légitimus
Le retour des « Trois frères » au cinéma après 19 ans d'absence est un événement. Les fans du trio comique incarné par Pascal Légitimus, Bernard Campan et Didier Bourdon pourront découvrir la bande  annonce du film dès le 28 décembre prochain. Mais pour l'heure, voici quatre bonnes raisons de se réjouir de leur retour au cinéma.
A lire aussi

La suite des « Trois frères » ne sortira seulement que le 12 février prochain dans les salles obscures, mais les cinéphiles sont déjà aux aguets. Ce second opus sera-t-il un nouveau succès après le carton du premier épisode qui fit rire plus de 6,8 millions de Français en 1995 ? Si pour l'instant on ne sait que peut de chose sur cette nouvelle aventure, les raisons de s'impatienter de leur retour sont multiples !

Les Inconnus : un trio légendaire

« Isabelle a les yeux bleus », « Vice et versa », « Télémagouille »... on ne compte même plus les sketchs du trio comique qui auront fait rire la France entière durant les années 1990. De répliques cultes en répliques cultes – on se souvient du fameux « est-ce que tu baises ? » dans le sketch « Tournez ménages » - les Inconnus su imposer un style humoristique mêlant parodie d'émissions télé, de groupes de musique, et des faits de société marquants de l'époque. En 1991, ils raflent notamment plusieurs récompenses, dont deux Victoires de la musique, le Molière du meilleur spectacle comique, mais aussi deux Sept d'or.

Les Trois frères : un film culte

En 1995, sort le premier film des Inconnus, « Les Trois Frères ». C'est un énorme succès avec 6,8 millions d'entrées et le César de la meilleure première œuvre à la clef. Racontant l'histoire de trois frères qui ne se connaissent pas, sont convoqués devant un notaire pour prendre possession d'un héritage de 3 millions de francs de leur mère, décédée depuis deux ans. Mais lorsqu'ils reviennent deux jours plus tard chez le notaire, les trois frères ne peuvent plus prétendre à l'héritage, le délai ayant expiré depuis trois jours. C'est alors une série de péripéties plus délirantes les unes que les autres que doivent affronter les trois frères.

Ce qui marque également dans ce film, c'est le nombre répliques cultes dont tout le monde se souvient ! « C'est la cata, C'est la cata, C'est la catastrophe... et sous vos yeux ébahis, la tache passe, la tache trépasse. C'est le mimi, C'est le mimi, C'est le miracle ! » ; « Votre colin, avec ou sans patates ? - Cent patates ! » ou encore «  Elle, elle est gentille mais elle est moche; mais toi t'es moche puis t'es con ! - Vous avez bu Didier ! - Tiens t'es moins con que t'en as l'air... »

L'humour des Inconnus toujours présent

Quant est-il alors du second volet des aventures des trois frères ? D'après les teaser disponibles, il semblerait que l'humour décapant des Inconnus soit toujours bien présent. Entre « - Sinon, vous travaillez dans quel domaine ? - Boule de Geisha, canards vibrants... - C'est à dire ? Vous êtes plutôt dans l'art ? - Non, actuellement je suis plutôt dans la merde » ou encore « Ouais mais le baobab pour l'instant c'est un bonsaï », le trio comique nous prouvent qu'ils n'ont rien perdu de leur talent.

Réunir les générations

Vous êtes jeune ? C'est sans aucun doute l'occasion de partager un moment de franche rigolade avec vos parents. Ils pourront alors vous rejouer les sketch les plus cultes du trio comique de leur jeunesse. A l'inverse, si vous êtes parents, faites découvrir à vos enfants l'humour à l'ancienne, comme on en fait plus aujourd'hui.

Pour patienter, voici le dernier teaser du film, et surtout, rendez-vous le 12 février 2014 dans les salles obscures !

VOIR AUSSI

Les trois frères 2 : premières infos sur le film des inconnus
Les Trois frères, le retour : faux clash avec Bernard Campan