« Planète Emmaüs » : Le tour du monde utile de Sébastien Gracco de Lay

« Planète Emmaüs » : Le tour du monde utile de Sébastien Gracco de Lay
« Planète Emmaüs » : Le tour du monde utile de Sébastien Gracco de Lay
Cadre en marketing, Sébastien Gracco de Lay a tout largué pour aller photographier les communautés Emmaüs aux quatre coins du globe. Du Chili au Burkina Faso, et de la Bosnie à l’Indonésie, les photos révèlent la richesse et la diversité du Mouvement fondé par l’Abbé Pierre. Les meilleures se retrouvent dans « Planète Emmaüs », aux éditions Democratic Books.
A lire aussi


Le tour du monde à 30 ans ? Oui, mais utile. Sébastien Gracco de Lay a réalisé son rêve de gosse après sept ans de labeur en marketing chez Vivendi Universal. Créatif et idéaliste, il renoue avec sa passion pour la photo et pense à s’engager dans une mission humanitaire. Mais lorsqu’il découvre qu’Emmaüs, un mouvement qu’il connaît bien, a semé des antennes partout dans le monde, il décide de faire le tour de ces communautés solidaires. « Comme beaucoup de monde j’ignorais qu’Emmaüs était présent dans 36 pays », explique-t-il, « je leur ai proposé de réaliser un reportage photo bénévolement, pour mettre en valeur les activités internationales d’Emmaüs, en contrepartie je demandais le gite et le couvert. » Marché conclu. L’indemnité de licenciement et quelques économies passeront dans ce voyage de deux ans dans 6o antennes et 20 pays. En sauts de puce, il rencontre « les Emmaüs » en commençant par l’Amérique Latine –Du Chili à l’Uruguay-, enchaîne sur l’Europe où il voit l’Ukraine, la Pologne, la Bosnie, l’Italie et l’Espagne ; il se rend en Afrique -Burkina Faso, Bénin, Madagascar, Afrique du Sud), et termine par l’Inde, le Bangladesh et l’Indonésie.

« Je n’étais jamais seul », raconte-t-il. Un Réflex numérique dans un sac à dos suffit, il n’a besoin de rien. « On venait me chercher à la gare, je travaillais avec le groupe, je faisais le ramassage, le travail de réparation/restauration, les ventes et les actions de solidarité locales ». La plupart des 316 groupes Emmaüs disséminés partout dans le monde fonctionnent comme la cellule française, une activité de récupération d’objets et de réinsertion sociale pour redonner une vie à des personnes exclues et sorties du système par la prison ou l’alcoolisme. « En Afrique et en Asie, on trouve des activités économiques alternatives dans l'agriculture, le maraîchage ou l’élevage », ajoute-t-il. Chaque année des aides sont attribuées aux groupes selon leurs besoins, « cela peut aller du poulailler pour lancer un élevage, au camion pour pousser un projet plus loin… »

Sébastien tire ses leçons en route : sa carrière de Parisien en costume-cravate s’arrête après ce voyage. Il se consacre désormais à des projets tournés vers l’autre, s’est offert une formation de steward pour continuer à voyager, et fait des extras pour payer son loyer. Jusqu’au prochain photo-reportage…

« Planète Emmaüs », de Sébastien Gracco de Lay, Democratic Books, 29,95 euros, sortie Novembre 2011. Coup de cœur de la Fnac.
Sur Facebook


Filage


Sébastien Gracco de Lay

VOIR AUSSI

Découvrez un bric à brac 100 % solidaire
Fournitures scolaires : allégez votre facture chez Emma
Women are heroes, un film de JR

L’INFO DES MEMBRES

Monoprix et Emmaüs France collectent vos vêtements
Ben & Jerry’s organise un concert en association avec Emmaüs