François Hollande : pas de licence globale, ni d’Hadopi

François Hollande : pas de licence globale, ni d’Hadopi
François Hollande : pas de licence globale, ni d’Hadopi
Dans cette photo : François Hollande
Beaucoup de bruit pour rien. Alors que sur Internet tout le monde se réjouissait déjà à l’annonce d’une licence globale permettant de télécharger à volonté contre un abonnement, il n’en sera rien. Si François Hollande compte bien supprimer la loi Hadopi, jugée inefficace, ce ne sera pas pour une licence globale, mais pour d’autres solutions.
A lire aussi

Mais quelles sont ces solutions ? Pour le moment, François Hollande est resté un peu flou sur les mesures qu’il prendra s’il est élu en mai prochain. Mais deux choses sont d’ores et déjà certaines. La loi Hadopi sera annulée et il n’y aura pas de licence globale.

C’est Aurélie Filippetti, chargée de la culture dans l’équipe de Hollande, qui nous donne un premier avant-goût de ce qui pourrait se passer.

« Les créateurs doivent être rémunérés pour chacune de leurs oeuvres. Mais le prix de l'offre légale devra baisser. Et de nouvelles ressources trouvées en taxant les fournisseurs d'accès Internet, les fabricants de matériels, et les sites comme Google ou Amazon. Taxer ces derniers n'est pas impossible, mais cela passe par une négociation européenne. »

Pour que l’offre légale puisse se développer comme il se doit, les prix devront évidemment baisser, et les œuvres être disponibles plus rapidement en contenu légal. De leur côté, les fournisseurs d’accès seront probablement taxés, tout comme les consommateurs. Reste à voir dans quelle mesure.

« Nous arrêterons d'envoyer des emails, c'est inefficace et intrusif. Hadopi n'a pas fait baisser le téléchargement, mais a juste poussé les internautes vers le streaming et le téléchargement direct. L'affaire Megaupload montre bien que Hadopi n'a rien résolu » ajoute-t-elle.

VOIR AUSSI

Hadopi : Piratage de films à l’Elysée

Fin d’Hadopi : François Hollande hésite encore

Hadopi : La carte musique est un échec