Dans les coulisses du Bondy Blog

Dans les coulisses du Bondy Blog
Dans les coulisses du Bondy Blog
Gros succès médiatique, le Bondy Blog est devenu en 5 ans un acteur incontournable du PAF. Raconter les quartiers populaires, faire entendre leurs voix et tordre les idées reçues sur la banlieue, c'est la mission d'une trentaine de journalistes citoyens. Nordine Nabili, rédacteur en chef du Bondy blog, revient sur cette incroyable aventure.
A lire aussi

Une initiative née dans la violence


Le Bondy blog a été ouvert en novembre 2005 par le magazine suisse l'Hebdo, pendant les émeutes qui ont secoué les banlieues françaises. Une équipe de journalistes s'est alors installée à Bondy dans un petit local faisant office de rédaction, pour relater les événements.

En immersion sur le terrain, ils ont raconté la réalité des banlieues " de l'intérieur ", souvent bien différente de celle relayée par les médias traditionnels ; ils ont eu " l'intelligence de rester après les émeutes pour voir comment les choses évoluaient ", souligne Nordine Nabili, rédacteur en chef du Bondy Blog. Trois mois plus tard, l'équipe de l'Hebdo Suisse s'est retirée en confiant les clés de la rédaction à une équipe locale composée de jeunes habitants de Bondy et ses alentours.


Raconter la banlieue


Qui de mieux placé pour raconter la banlieue que les jeunes qui y vivent tous les jours ? Ce sont eux qui ont pris en main le Bondy blog avec la volonté affichée " de ne plus subir l'information et de se faire entendre ". Car il y existe une " véritable carence de l'information sur les questions liées aux thématiques urbaines, migratoires et à la diversité ", pointe le rédacteur en chef du Bondy Blog " Tout ce qui concerne la banlieue est traité sous le prisme du fait-divers. Les journalistes courent après l'événement, l'émeute, sinon ça ne les intéresse pas ; ils considèrent que la banlieue n'est pas une priorité, c'est "périphérique " ". Ce traitement médiatique tronqué, a contribué à stigmatiser la banlieue et n'a fait que creuser le fossé entre les journalistes et les habitants. C'est cette confiance que le Bondy Blog tente de rétablir aujourd'hui, en publiant une information de proximité et participative.

Une aventure humaine


Le blog publie le travail d'une trentaine de jeunes citoyens, des jeunes en formation, en début de carrière ou en recherche d'emploi. Ils se sont rassemblés en mars 2006 sous la direction de Mohammed Hamidi, journaliste professionnel qui les a formés, encadrés et leur a enseignés tous les rudiments du journalisme.

" Ce blog a été perçu au départ comme une véritable bouée de sauvetage pour ces jeunes qui n'avaient aucun moyen de s'exprimer médiatiquement. Grâce à cette technologie, ils ont pu exister, poser leur parole sur la place publique, " affirme le rédacteur-en-chef du Bondy Blog. Sa plus grande fierté : " au-delà du succès du Bondy blog " est d'avoir permis " à une centaine de jeunes de retrouver une place dans la société, de renouer avec les études ou d'obtenir un travail ". A l'entendre, le Bondy Blog est avant tout une aventure humaine avant d'être journalistique.

Une rédaction presque " normale "


Le Bondy blog fonctionne comme une rédaction normale. Une ligne éditoriale, plutôt des champs d'action qui s'étendent de la banlieue à la politique en passant par l'international et surtout par tous " les sujets qui fâchent ". Alors comment ça marche concrètement ? L'équipe actuelle est composée d'habitants de Bondy et plus largement de la région parisienne, âgés de 18 à 30 ans. Le journal en ligne respecte la parité, ici autant de garçons que de filles qui baladent leurs plumes vives et piquantes au gré de l'actualité et des messages qu'ils veulent porter.

Chaque semaine, l'équipe se réunit lors d'une conférence de rédaction. Petit tour de table, c'est là que les sujets émergent et que les choix éditoriaux se font, sous le regard avisé de Nordine Nabili qui nous confie d'ailleurs, " que ce n'est pas toujours évident de gérer des jeunes exaltés par leurs idées, mais il ajoute que " c'est bien plus enrichissant de diriger une équipe avec des regards hétérogènes que le contraire ".

Sur le fond, le Bondy blog respecte toutes les règles de base du journalisme. Fiabilité, vérification, clarté, le blog tient à apporter une information de qualité et bien sûr de proximité. " On demande avant tout aux jeunes de fouiller leurs sujets, de chercher les contradictions et de faire parler les gens ". Une rigueur conjuguée à un ton moderne ancré dans la réalité " a permis au blog d'acquérir une véritable crédibilité auprès des professionnels du métier ".

De succès en succès

Depuis sa création, le blog a prospéré et fait des petits : six autres blogs géographiques ou thématiques sont apparus : le Marseille Bondy Blog, le Neuilly Bondy Blog, le Lausanne Bondy Blog, le Lyon Bondy Blog, le Dakar Bondy Blog et même le Business Bondy Blog. Ses partenariats avec Yahoo, 20 minutes augmentent sa visibilité et son audience. La voix des quartiers a désormais un label et des dizaines de projets, comme celui de couvrir intégralement la présidentielle de 2012 ou de créer un Bondy blog junior. Et Nordine Nabili voit les choses en grand : il y a quelques jours, deux bloggeuses signaient un article dans le Monde. Une récompense qui en annonce d'autres.


ESJ-Bondy : un premier aboutissement

Parmi ces projets, la formation des jeunes aux métiers du journalisme est rapidement apparue comme une évidence pour le rédacteur-en-chef du Bondy Blog. En septembre 2009, l'ESJ Lille, la plus ancienne école de journalisme de France a ouvert une antenne à Bondy en Seine-Saint-Denis dont Nordine Nabili a pris la direction.
Cette démarche a marqué la volonté de l'école d'apporter des solutions concrètes en faveur de la diversité dans les médias. Elle est la prolongation de l'engagement du Bondy Blog : " c'était indispensable de pouvoir donner à ceux qui veulent s'exprimer les outils pour le faire ", lance Nordine Nabili avec conviction. Préparation aux concours des écoles de journalisme, formation en alternance-formation continue, éducation aux médias, l'enseignement est complet et ambitieux.

Le Directeur de l'ESJ-Bondy aime aussi l'idée que ce soit l'excellence qui vienne dans ces territoires, que la Seine-Saint-Denis devienne passage obligé, ainsi qu'une terre d'expérimentation sur la banlieue, les médias et la diversité.

Plus d'actu sur : Medias et banlieues

Le Gip-Epra : un acteur qui compte pour les radios associatives
Un pas en avant vers la diversité dans les médias