Un journaliste de France 24, enlevé par les Farc

Un journaliste de France 24, enlevé par les Farc
Un journaliste de France 24, enlevé par les Farc
Dans cette photo : Alain Juppé
Roméo Langlois, correspondant de la chaîne d'information France 24 en Colombie, a été enlevé par les Farc lors d'un reportage aux côtés d'une brigade de l'armée chargée d'une opération antidrogue. Le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé a signalé que le journaliste aurait été touché par une balle au bras gauche.
A lire aussi
Embrassée de force en direct pendant la Coupe du Monde, cette journaliste s'insurge
News essentielles
Embrassée de force en direct pendant la Coupe du Monde,...


Le journaliste de France 24 Roméo Langlois, 35 ans, a été « enlevé à l'occasion d'un affrontement entre les troupes colombiennes et les Farc », a indiqué dimanche le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé. Samedi, il réalisait un reportage aux côtés d’une brigade de l’armée chargée d’une opération antidrogue, quand il a été fait prisonnier après une attaque des Farc.
Les autorités colombiennes assurent qu’il est « vraisemblable » que ce correspondant de la chaîne d'information France 24 en Colombie, « a été enlevé par les Farc ». En outre, Alain Juppé a signalé que le journaliste aurait été touché par une balle au bras gauche et qu’au moment des faits, dans la « confusion », il aurait pris la décision d’enlever sa veste et son casque afin de faire comprendre à la guérilla qu’il était un civil.

Le ministre colombien de la Défense, Juan Carlos Pinzon, a exigé de l'organisation terroriste qu’elle préserve la vie du journaliste « si elle le détient » et a souligné qu’elle sera tenue pour responsable de tout ce qui pourrait arriver à Roméo Langlois. Ce dernier, spécialiste des Farc, exerçait depuis dix ans en Colombie. La direction de France 24, chaîne pour laquelle il a travaillé pendant les six dernières années, s’est dit « inquiète » mais affirme faire confiance au journaliste, « qui connaît bien le terrain et qui a beaucoup d'expérience », a-t-elle ajouté.

Alexandra Gil

VOIR AUSSI

Rapt de Marie Dedieu au Kenya : vers la piste des insurgés islamistes
Colombie : libération des plus anciens otages des Farc

Farc : fin de l'enlèvement des civils en Colombie
Les Colombiennes montent au front
Décès de Gilles Jacquier : « Il ne faisait que son travail »