Lou Doillon : réaction choquées au portrait de Marie-Dominique Lelièvre dans Libération

Lou Doillon : réaction choquées au portrait de Marie-Dominique Lelièvre dans Libération
Lou Doillon : réaction choquées au portrait de Marie-Dominique Lelièvre dans Libération
Dans cette photo : Lou Doillon
Le premier album de Lou Doillon, "places", est sorti en 2012. Tout d'abord actrice et arrivée tard à la musique, la jeune femme a pourtant remporté tous les suffrages à la sortie de cet opus... Enfin, pas vraiment tous, puisque la publication le 25 septembre d'un portrait au vitriol par Libération suscite depuis l'étonnement des inernautes face à un tel déferlement de critiques.
A lire aussi


C'est la portraitiste Marie-Dominique Lelièvre qui, le 25 septembre 2012, a publié dans Libération le portrait intitulé "Lou Doillon : chantez maintenant !". Après les critiques de Rock & Folk, qui a considéré l'album "Places" comme "l'un des meilleurs disques sortis en France depuis une décennie", des Inrocks, qui pensent que "à l’écouter chanter et se raconter, on sait d’avance que Lou est là pour longtemps" ou La Parisienne, qui l'a trouvée "bluffante", Libération prend l'exact contre-pied.


En effet, l'article, plus qu'une simple critique musicale, s'en prend frontalement à la jeune fille, à son statut de "fille de", et même à son physique, en témoigne une phrase comme : "Pas besoin d’une recherche génétique pour vérifier qu’elle est la fille de…: la dentition lapine de sa mère greffée sur le nez de son père"( sic) ou d'autres plus méprisantes telles que : "Lou Doillon est une «fille de». Ce n’est ni un métier ni une aptitude, mais une rente. Enfant d’oligarques, elle peut jouir des privilèges de sa caste sans faire ses preuves."

Depuis, les réactions des internautes ne se sont pas fait attendre. Pourtant toujours prompts à participer à un lynchage collectif, la journaliste est, cette fois, semble-t-il allée trop loin, en témoignent ces tweets de soutien à la chanteuse-actrice :



Vous pouvez lire l'article ici

Et vous, pensez-vous que la journaliste soit allée trop loin ?