Thuram vs. Le Marchand : l'animatrice confirme les violences et porte plainte pour diffamation

Thuram vs. Le Marchand : l'animatrice confirme les violences et porte plainte pour diffamation
Thuram vs. Le Marchand : l'animatrice confirme les violences et porte plainte pour diffamation
Dans cette photo : Lilian Thuram
Après sept ans de vie commune, la séparation entre Lilian Thuram et Karine Le Marchand tourne à la guerre de tranchées. Après que l'ancien footballeur a nié avoir violenté l'animatrice de « L'amour est dans le pré » sur le plateau du « Grand Journal », cette dernière a annoncé son intention de porter plainte pour diffamation. Une menace que le champion du monde 98 lui a retournée.
A lire aussi


Un nouvel acte s’ouvre dans le conflit opposant Lilian Thuram et Karine Le Marchand. Après que l’ancien footballeur a nié avoir violenté l’animatrice de « L’amour est dans le pré » sur M6, cette dernière a annoncé son intention de porter plainte pour diffamation.

En effet, le 17 octobre dernier, invité du « Grand Journal » de Canal +, Lilian Thuram était revenu sur les accusations de violences conjugales de son ex-compagne. Celui qui a récemment été décoré du grade d’Officier de la Légion d’honneur avait alors assuré n’avoir « jamais été violent » ni avec Karine Le Marchand ni avec aucune autre femme, affirmant que la vedette du Paf lui avait demandé une « compensation » financière au moment de leur séparation. Selon lui, son refus d’accéder à sa demande aurait mis le feu aux poudres. « Elle m’a expliqué qu’elle allait me détruire et détruire mon image », avait-il raconté, texto à l’appui.  

Des violences devant les enfants ?

Des propos que la principale intéressée a jugé « vulgaires, mensongers et dégradants » et portant, par ailleurs « atteinte à son honneur et à sa considération ». Et c’est via un communiqué de presse publié à la demande de son avocat, maître Jean Ennochi, qu’elle a fait savoir qu’elle engageait des poursuites, réaffirmant par la même occasion avoir été victime de « violences volontaires qui ont eu lieu devant les enfants ».

Mais l’ancien défenseur des Bleus, qui a fait l’objet d’un rappel à la loi suite à ces accusations, ne compte pas non plus en rester là. Contactée par Le Parisien, son avocate, maître Michèle Arnold a d’ores et déjà prévenu que « si madame Le Marchand dépose effectivement plainte pour diffamation comme elle l’annonce, nous (Lilian Thuram et elle-même, ndlr.) serons obligés de répliquer et nous l’attaquerons également ». Et d’ajouter : « Je m’occupe de femmes battues, je sais ce qu’est la violence conjugale. Ici, il ne s’agit de rien de tel. Je ne peux pas laisser passer cela ». Me Arnold révèle en outre que lors du procès-verbal, Lilian Thuram aurait admis une « dispute verbale ». Niant toutefois toute violence sur celle avec qui il a partagé sept ans de vie commune, il aurait certifié l’avoir « juste secouée par l’épaule ».