Jean-Vincent Placé : "Nicolas Canteloup, c'est un peu l'imitation du pauvre"

Jean-Vincent Placé : "Nicolas Canteloup, c'est un peu l'imitation du pauvre"
Jean-Vincent Placé : "Nicolas Canteloup, c'est un peu l'imitation du pauvre"
Dans cette photo : Nicolas Canteloup
Jean-Vincent Placé n’a toujours pas pardonné à Nicolas Canteloup son imitation ratée du 21 septembre dernier. Invité hier sur le plateau de la « Nouvelle édition », il a qualifié les prestations de l’humoriste « d’imitation du pauvre ».
A lire aussi


Si Marine Le Pen a récemment confié apprécier l’humour de Nicolas Canteloup, elle semble être l’une des rares dans ce cas tant la liste des ennemis de Nicolas Canteloup s’allonge de jour en jour. En effet, l’humoriste qui officie sur Europe 1 et sur TF1 dans « Après le 20h, c’est Canteloup », s’attire souvent les foudres des personnalités qu’il imite. Ainsi, après Jean-Jacques Bourdin qui avait fait savoir sur les ondes de RMC que l’imitateur « commençait à le fatiguer », c’est au tour de Jean-Vincent Placé de lui dire le fond de sa pensée. Invité hier sur le plateau de la « Nouvelle édition » de Canal+, le président du groupe écologiste au Sénat a qualifié les prestations de Nicolas Canteloup  « d’imitation du pauvre ».

« Quand je le verrais à Europe 1 le matin,  je lui dirais qu’il est mauvais »

Selon lui, le « problème de Canteloup c’est que ses textes ne sont pas mal, mais souvent ses imitations sont assez nulles en réalité. Et donc je lui ai dit de bosser un petit peu. Je lui ai même proposé de faire un petit repas coréen », a-t-il indiqué. Et d’ajouter : « Quand je le verrais à Europe 1 le matin, je lui dirais qu’il est mauvais. Parce que par exemple Laurent Gerra, lui, fait de vraies bonnes imitations alors que Canteloup, c’est un peu l’imitation du pauvre ».

En effet, le 21 septembre dernier, Nicolas Canteloup s’était lancé dans une imitation pour le moins ratée du sénateur. Il avait pris pendant plusieurs minutes un accent asiatique, frisant parfois le gloussement de poule. Et ce n’est pas la première fois que l’humoriste se retrouve au centre d’une polémique après un sketch. En février dernier, il avait tourné en dérision le génocide rwandais et s’était – à juste titre – attiré les foudres du Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN).