Présentéisme : être trop présent au travail nuit à la productivité

Présentéisme : être trop présent au travail nuit à la productivité
Présentéisme : être trop présent au travail nuit à la productivité
La présence excessive d'un employé au travail pourrait nuire à la productivité de l'entreprise. Au point que certains patrons aux États-Unis en arrivent à demander à leurs employés de quitter les locaux dès la fin de la journée.
A lire aussi
Trois clés pour être plus anticonformiste (et cartonner) au travail
News essentielles
Trois clés pour être plus anticonformiste (et cartonner)...


S’il vous arrive d’être absent, c’est avant tout pour le bien de votre entreprise. C’est ce que vous direz à votre patron en lui faisant suivre cet article. Selon l’étude d’un chercheur américain de l’université Cornell, le présentéisme, autrement dit la présence excessive au bureau, ne ferait que diminuer la productivité de l’employé et pourrait même engendrer des coûts à l’entreprise. Aucun profit donc à réaliser des heures supplémentaires à répétition.

« Les coûts liés au présentéisme représentent de 18% à 60% des coûts qu'un employeur doit supporter en raison des problèmes de santé de ses salariés », explique le chercheur Ron Goetzel avant d’ajouter que « le salarié trop présent finirait par pécher par manque de concentration, piètre communication, et travail à refaire. »

Aux États-Unis, où le management en entreprise fait office de religion, certains patrons demandent expressément à leurs employés de filer dès la journée terminée. À l’inverse, en France, la présence immodérée d’un salarié sur son lieu de travail est encore un signe fort de motivation et reste en général très bien vu par les employeurs.

L’an dernier, le taux d’absentéisme dans les entreprises a atteint son niveau le plus bas depuis 2007 avec 3,84%, soit environ 14 jours d’absence par an et par salarié.

Nicolas Pasquier

Crédit Photo : Creatas

VOIR AUSSI

L'absentéisme recule dans les entreprises
Absentéisme scolaire : la suspension des allocations familiales est un échec
Entreprise : la présence féminine accroît les performances