Les e-mails ont des effets néfastes sur les salariés

Les e-mails ont des effets néfastes sur les salariés
Les e-mails ont des effets néfastes sur les salariés
D'après une étude de l'Observatoire sur la responsabilité sociétale des entreprises (ORSE), 56% des salariés passent environ deux heures par jour à traiter leurs mails. Cette abondance de courriers électroniques aurait pour conséquence une perte de concentration, une augmentation du stress et une désocialisation de l'employé au sein de son équipe.
A lire aussi
Les petites filles ont besoin de films de super-héroïnes, c'est prouvé
News essentielles
Les petites filles ont besoin de films de super-héroïnes,...


Premier réflexe, ouvrir sa boîte mail. Dernier réflexe, fermer sa boîte mail. Devenue au fil du temps l’outil indispensable de chaque entreprise, la messagerie électronique est désormais présente du matin au soir. Pourtant, son utilisation peut avoir des effets néfastes sur le comportement et la santé. C’est ce qu’a révélé une étude de l’Observatoire sur la responsabilité sociétale des entreprises (ORSE). En effet, 56% des salariés passent plus de deux heures par jour à traiter leurs e-mails et 38% en reçoivent près de cent quotidiennement. Une invasion qui influerait d’abord sur la concentration. Selon l’ORSE, après réception d’un courrier électronique, l’employé met environ 64 secondes à se remettre au travail.
Autre impact important, l’augmentation du stress. La perte de temps, due à la consultation et aux éventuelles réponses, engendre un sentiment d’urgence chez le salarié qui rajoute une pression supplémentaire et donc de l’angoisse. Enfin, un trop plein de mails désocialise l’employé de son équipe. Il s’isole, est confronté à des problèmes de coordination, ce qui peut dégrader la relation avec ses collègues.

Nicolas Pouilley

(Source : lexpress.fr)

Crédit photo : Stockbyte

VOIR AUSSI

Souffrance au travail : le management est-il en crise ?
Suicide chez Renault : la « faute inexcusable » reconnue
Au secours, mon patron me déteste !
Discrimination au travail : où sont les femmes ?
« Être une mère de famille qui travaille, c’est Koh Lanta en pire »