Une vendeuse forcée d’indiquer sa taille de soutien-gorge sur son badge

Une vendeuse forcée d’indiquer sa taille de soutien-gorge sur son badge
Une vendeuse forcée d’indiquer sa taille de soutien-gorge sur son badge
Les Prud'hommes viennent de condamner une chaine de lingerie suédoise qui avait demandé à une vendeuse de porter ses mensurations sur son badge. Le but ? Permettre aux clients de voir que la boutique proposait de nombreuses tailles de sous-vêtements.
A lire aussi
Non au soutien-gorge obligatoire : une pétition circule dans les écoles de Montréal
News essentielles
Non au soutien-gorge obligatoire : une pétition circule...

La chaine suédoise de lingerie Change vient d’être condamnée par les Prud'hommes pour avoir forcé une employée à indiquer ses mensurations sur son badge de travail. On pouvait alors y lire le nom de l’employée, mais aussi son tour de poitrine, sa taille de soutien-gorge et son bonnet ! Selon les dires de la boutique, ces indications servaient à témoigner aux clients du large choix de tailles disponibles dans l’enseigne.

Les Prud'hommes ont considéré que les droits de cette vendeuse avaient été bafoués et ont condamné la chaine de lingerie a payer la somme de 6000 euros, ainsi que les frais de justice de l’employée.

Une belle victoire contre les discriminations au travail. Rappelons que la Suède est très à cheval au sujet de l'égalité des sexes au travail et des discriminations.