Le flirt au bureau peut-il gâcher votre carrière professionnelle ?

Le flirt au bureau peut-il gâcher votre carrière professionnelle ?
Le flirt au bureau peut-il gâcher votre carrière professionnelle ?
Votre vie professionnelle occupe une très grande partie de votre journée. Moralité: mieux vaut bien s'entendre avec ses collègues. Amicalement, évidemment. Mais pourquoi ne pas s'accorder un petit flirt au bureau?
A lire aussi
Évolution professionnelle : nos conseils pour booster votre carrière
Mag
Évolution professionnelle : nos conseils pour booster...

Article complet publié sur Le HuffPost

Vous êtes nombreux à succomber à un ou une collègue du bureau. Selon un sondage Career Builder révélé par le site internet SeattlePi, plus de 38% des salariés avouent être déjà sorti au moins une fois dans leur carrière avec un collègue. Pour 31% le flirt va bien plus loin. Ces derniers se sont mariés avec un collègue du bureau ou ont fini par passer leur vie ensemble.

>> Lire aussi : les cinq chiffres coquins sur le sexe au bureau <<

Travailler ensemble sur les mêmes projets, plusieurs heures par jour et plusieurs jours dans la semaine crée inévitablement des liens entre deux personnes. Vous avez les mêmes centres d’intérêts, les mêmes horaires et une complicité s'installe entre vous. Finalement vous pouvez construire une relation dans le temps avec votre collègue. Traverser la frontière entre le travail et la romance doit être pris très au sérieux car cette décision peut non seulement vous affecter vous, mais aussi vos autres collègues.

Quels sont les risques pour votre carrière d'entretenir une relation amoureuse avec un de vos collègues?

Les risques pour votre carrière, relevés par le sondage, sont évidents : une mauvaise rupture et les ragots qui s'ébruitent naturellement dans le bureau. Déjà, les ruptures ont tendance à créer des tensions et des moments douloureux. Mais si cette rupture se fait dans le cadre professionnel, vous pouvez nuire à votre crédibilité et votre réputation.

Pour savoir pourquoi, lisez la suite de cet article sur Le HuffPost