Very Last Room : l'appli pour réserver une chambre d'hôtel à la dernière minute

Very Last Room : l'appli pour réserver une chambre d'hôtel à la dernière minute
Very Last Room : l'appli pour réserver une chambre d'hôtel à la dernière minute
De copains de lycée, ils sont devenus associés au sein d'une startup bien pensée. Nicolas Salin et Sébastien Houzé ont compilé leurs savoir-faire pour lancer une application mobile de réservation de chambres d'hôtel à la dernière minute. Le concept Very Last Room a séduit les experts du salon LeWeb et des investisseurs de pointe. Une levée de fonds de 400 000 euros leur promet un avenir 5 étoiles.
A lire aussi
 Noel 2013 : où trouver un covoiturage ou des billets de train pas chers à la dernière minute ?
Mag
Noel 2013 : où trouver un covoiturage ou des billets de...

Ce n'est pas dans un incubateur parisien que ces deux-là ont bûché sur leur start-up, mais en plein cœur de Marseille, où ils s'étaient installés chacun de leur côté pour un nouveau départ. Se retrouvant dans la cité Phocéenne, les vieux amis constatent qu'ils partagent la même passion du digital avec des compétences complémentaires : Nicolas est expert en design et marketing, Sébastien est plutôt calé sur les lignes de code. « On a tout de suite commencé à monter des projets ensemble, comme des petits artisans du Web. On sentait venir l'Internet mobile et les débuts de l'hôtellerie en ligne », se souvient Nicolas. Les deux amis créent, en 2009, l'une des premières applications de réservation d'hôtel sur iPhone. « Cette appli n'existe plus mais elle nous a permis de toucher du doigt les nouvelles tendances de réservation et de consommation de voyages : on a constaté que les gens réservaient de plus en plus à la dernière minute. »

Alors que les projets foisonnent, d'opportunités en concours, les entrepreneurs travaillent en simultané sur le business plan d'une appli BtoC, qui permettrait aux utilisateurs de payer moins cher leur chambre d'hôtel selon l'heure de réservation. « L'idée est de récompenser les retardataires pour une fois ! Le prix des chambres diminue tout au long de la journée, centime par centime », le dernier arrivé se retrouve donc finalement le mieux servi, avec un discount pouvant aller jusqu'à 70% par rapport aux prix affichés sur Internet.

L'application Very Last Room, lancée dans sa version définitive en juin 2012, est saluée par les pontes du milieu dès sa naissance : la première édition londonienne du salon LeWeb la classe parmi les 16 finalistes sur plus de 600 projets. Une publicité bienvenue qui a achevé de convaincre des investisseurs influents du e-commerce et permis une levée de fonds de 400 000 euros en avril dernier. « Partis avec nos 10 000 euros d'apports personnels et après avoir failli mettre la clé sous la porte, on peut désormais voir l'avenir en grand », se réjouit Nicolas. Le jeune Marseillais et son associé prévoient de doubler leur parc d'hôtels référencés (de 500 à plus d'un millier) d'ici la fin de l'année et de communiquer auprès de cibles choisies : les voyageurs d'affaire et les couples amateurs de virées à la dernière minute.

Ses conseils

Être solide et endurant, avoir beaucoup de sang-froid et un bon mental car dans la création d'une entreprise on passe de la victoire à l'échec programmé en un rien de temps.

Se mettre dans la peau de son utilisateur. C'est l'essentiel si on veut le séduire.

Construire un beau produit qui donne envie. J'ai particulièrement soigné le dessin de Very Last Room et je crois que ça fait la différence.

Sa bio

25 septembre 1980 : Naissance à Versailles
2002 : Diplômé en business & marketing, Université de Versailles
2006 : Directeur général de Clicknview, éditeur de solutions de visites virtuelles pour les hôtels
2008 : Directeur général de Proxima, société éditrice de l'application Hotels !, finaliste Appstars Awards au salon LeWeb09
Septembre 2011 : création de Very Last Room, SAS au capital de départ de 10 000 €
Avril 2013 : levée de fonds de 400 000 €

Retrouvez nos portraits de créateurs d'entreprises chaque lundi dans Le Parisien Economie

VOIR AUSSI
Bulb in town : le mécénat de quartier 2.0.

Tourisme : Tonton Marcel, dénicheur de week-ends champêtres

Hello Fresh : « Nous voulions réinventer la cuisine de tous les jours »

Click Eat, le coupe-file pour ne plus perdre de temps à la pause déj