Entretien d'embauche : comment se présenter au recruteur ?

Entretien d'embauche : comment se présenter au recruteur ?
Entretien d'embauche : comment se présenter au recruteur ?
Le candidat qui était devant vous vient juste de finir son entretien. Il semble ravi ou pas… Aïe la pression monte ! Dans quelques instants, la porte va s'ouvrir et ce sera votre tour. Dans la pièce, un ou plusieurs recruteurs vous attendent… À quelle sauce allez vous être mangé ? 5 conseils qui devraient vous permettre de tenir votre position et de marquer, à coup sûr, un maximum de points.
A lire aussi
Entretien d'embauche : 8 questions que le recruteur n'a pas le droit de vous poser
Mag
Entretien d'embauche : 8 questions que le recruteur n'a...

1. Ajustez votre look

En soi la façon de s'habiller n'a pas vraiment d'importance… quand on est chez soi ! Mais une fois dehors, les règles du paraître s'imposent à tout un chacun. L'idée est d'être à l'aise dans ses vêtements d'une part et de ne pas mettre mal à l'aise son interlocuteur. La clé est une affaire d'observation et de bon sens. Rester dans la fourchette haute de ce que le milieu dans lequel vous allez évoluer est habitué à voir. Croyez-le ou non, les différences mettent mal à l'aise et font l'objet de rejets, même inconscients.

>> Entretien d'embauche : la bonne tenue, mode d'emploi <<

2. Adaptez votre comportement

Les comportements varient en rythme et en amplitude. Au croisement de ces axes, vous avez quatre styles de comportements très distincts.

Tandis que l'un est directif et va droit au but, l'autre prendra son temps avant d'aborder le sujet central. Tandis que l'un prend ses décisions sur un coup de cœur, l'autre aura besoin d'analyser le pour et le contre pendant des heures. Aucun de ces styles n'est meilleur que l'autre mais lorsqu'ils entrent en contact cela peut faire des étincelles… surtout quand le stress est de la partie.

La clé est une affaire de synchronisation. Cela consiste à faire preuve d'empathie, en adoptant le mode de communication de votre interlocuteur (voix, débit, expressions, langage, posture, gestuelle,..). Dès que vous êtes sur sa longueur d'onde, la tension relationnelle s'estompe… La glace est brisée, la communication devient possible. Le prix à payer : un peu d'entraînement, ce qui est très peu au regard des bénéfices possibles.

>> Entretien d'embauche : les 12 erreurs de langage corporel à ne pas commettre <<

3. Restez en communication

La communication est un cycle d'échange réciproque. Ne vous laissez pas embarquer dans une communication à sens unique. Certains recruteurs sont très habiles pour vous faire parler, parler et parler encore… Ce n'est pas bon. L'inverse non plus d'ailleurs, bien que ce cas vous soit généralement plus favorable. Surtout si c'est en réaction à vos questions.

La clé est dans la gestion des questions posées et reçues. Exemple : répondre à une question sans s'assurer que votre interlocuteur a bien reçu votre réponse est une erreur grossière qui coute parfois très cher. Répondre, c'est bien mais à condition de vérifier si votre réponse est suffisante, claire etc.

De façon symétrique, vous devez aussi poser vos questions, préparées ou non et indiquer à l'interlocuteur, par un merci ou autre commentaire que sa réponse a été entendue et appréciée.

>> Entretien d'embauche : les 5 bonnes questions à poser au recruteur <<

4. Faites preuve de congruence

Votre CV, votre look, votre attitude et la connaissance que vous avez de votre dossier doivent être « alignés ». Un super CV, une tache sur la cravate et quelques bafouillages quant à son itinéraire ont tendance à vous rendre suspect. La clé est la confiance en soi. Il suffit donc : d'une bonne préparation pour réviser les points clés de votre « affaire » et d'être disponible pour vivre l'entretien, en sachant que la seule façon de ne pas être soi même est de se faire inutilement du souci. En négociation, il est bon de prendre les choses au sérieux… Mais pas tant que cela !

>> Entretien d'embauche : 5 conseils pour gérer son stress et son trac <<

Travaillez votre attitude

Rien ou peu de choses résistent à une personne enthousiaste ! L'enthousiasme est la motivation qui s'empare d'une personne qui est en accord avec son propre avenir.

Donc, l'idée ici est de prendre le taureau par les cornes et de se fixer un objectif et de l'adosser à un vrai plan d'actions. Il est bon de savoir accepter l'aide d'un bon coach : quelqu'un qui croit en vous et qui prêt à vous soutenir moralement dans votre action. Mais attention aux rabat-joie, aux donneurs de leçon et à tous ceux qui s'apitoient sur votre sort. Appréciez davantage ceux qui sont prêts à vous secouer si nécessaire. Ce sont eux vos véritables amis !

En mettant en place ces conditions de succès, vous générez suffisamment de confiance en vous et votre intention, tournée vers l'avenir, acquiert alors un fort pouvoir d'attraction. Croyez-le ou non, les recruteurs y sont très sensibles et il semblerait que cela fasse sourire la chance elle-même. N'oubliez pas que ce que vous cherchez, vous cherche aussi.

>> 8 conseils pour adopter la bonne attitude face à l'employeur <<

Retrouvez plus de conseils et des ressources gratuites sur le blog de Marc Roussel.