Anorexie, des recommandations pour un diagnostic précoce

Anorexie, des recommandations pour un diagnostic précoce
Anorexie, des recommandations pour un diagnostic précoce
La Haute Autorité de Santé publie un ensemble de recommandations pour mieux diagnostiquer l’anorexie. Un trouble du comportement alimentaire souvent mal compris qui touche 2% des femmes.
A lire aussi

Maladie mentale touchant les femmes dans 9 cas sur 10, l’anorexie concerne 70 000 adolescentes françaises et souffre encore d’un manque d’encadrement. Pour aider médecins et familles à réagir dès les premiers symptômes, la Haute Autorité de Santé – HAS- publie aujourd’hui un ensemble de fiches de synthèses élaborées avec le concours de l'AFDAS-TCA, l’Association française pour le développement des approches spécialisées des troubles du comportement alimentaire.

L’absence de règles, un retard de croissance ou une perte de poids brutale doivent ainsi inquiéter parents et professionnels de santé, en charge de poser ensuite des questions clé. « Ressens-tu le besoin de vomir après avoir mangé ? » « La nourriture a-t-elle une place importante dans ta vie ? » « Te trouves-tu trop grosse alors que tes proches te disent le contraire ? » Après diagnostic, la HAS préconise une prise en charge médicale et psychologique pendant au moins un an. Un repérage précoce nécessaire afin de prévenir l’anorexie chronique, pathologie potentiellement mortelle pour 20% des patientes.

VOIR AUSSI :

Livres : tu peux sortir de table

La note bleue : sortir les adolescents de l'anorexie

Petites vérités sur nos régimes