Régimes amaigrissants : attention danger

Régimes amaigrissants : attention danger
Régimes amaigrissants : attention danger
L’Agence nationale de sécurité sanitaire a rendu hier un avis sur les risques liés aux régimes amaigrissants : paradoxalement, ils entraînent des modifications du métabolisme et favorisent la reprise de poids. Selon l’Anses ils doivent être systématiquement encadrés par un spécialiste.
A lire aussi

Pas de diète sans suivi médical. Et pas question de se mettre au régime pour entrer dans un maillot en 36. L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) vient de rendre un avis sur les régimes amaigrissants, dans le cadre d’une étude sur « l’image du corps », du Programme National Nutrition Santé. Le rapport (paru en novembre 2010), et les contributions de la communauté scientifique et médicale, des associations et groupes de réflexion sont unanimes : se mettre au régime ne constitue pas un acte anodin, en particulier pour des populations sensibles (adolescentes, femmes, enceintes, personnes âgées, …). C’est une démarche qui comporte des risques biologiques et psychologiques, lorsqu’elle est n’est pas suivie par un spécialiste.

Mais surtout, se mettre à la diète augmenterait les risques de surpoids ! Selon l’Anses, « La pratique des régimes peut provoquer des modifications profondes du métabolisme énergétique du corps. Ces dernières modifications sont souvent à l'origine du cercle vicieux d'une reprise de poids, éventuellement plus sévère, à plus ou moins long terme. » Ainsi plus on fait de régimes, plus on favorise la reprise de poids. Et l’Anses de rappeler que le meilleur moyen de stabiliser le poids reste la pratique d’une activité physique régulière.
L’agence recommande donc d’être suivi  par un médecin, nutritionniste, ou diététicien dès lors que l’on entame un régime amaigrissant. Celui-ci doit en outre être justifié par un excès pondéral effectif – l’obésité est caractérisée par un IMC (Indice de Masse Corporelle) égal ou supérieur à 30 kg/m2. Ces recommandations visent ainsi à prévenir les adultes français qui sont en surpoids (32% des plus de 18 ans) et ceux qui souffrent d’obésité (15%), de ne pas entreprendre de mesures alimentaires sans conseil médical.
En ce qui concerne les régimes basés sur de simples critères esthétiques, ils n’auraient pas lieu d’être, et l’Anses de rappeler qu’une alimentation équilibrée et variée, en veillant à ce que les apports énergétiques journaliers ne dépassent pas les besoins, constitue le meilleur allié de la silhouette.

VOIR AUSSI

Les Français et les régimes amincissants
Régimes alternatifs : la Miviludes tire la sonnette d’alarme
Nutrition : A quoi servent les protéines et où les trouve-t-on ?
Nos enfants, tous obèses dans 10 ans ?

L’INFO PAR NOS MEMBRES

Le régime de Dukan : la polémique