Dépister et soigner Alzheimer : l'espoir de la protéine FKBP52

Dépister et soigner Alzheimer : l'espoir de la protéine FKBP52
Dépister et soigner Alzheimer : l'espoir de la protéine FKBP52
Le Pr Baulieu et son équipe de l'Inserm ont découvert que la protéine FKBP52 fait défaut dans le cerveau des personnes atteintes d'Alzheimer. Une voie nouvelle s'ouvre pour dépister et, à terme, soigner cette maladie neuro-dégénérative.
A lire aussi


FKBP52, un nom de code barbare qui relance l’espoir d’un dépistage et d’un traitement de la maladie d’Alzheimer. C’est début 2010 que le Pr Etienne-Emile Baulieu et son équipe de l’Inserm ont découvert que la protéine FKBP52 faisait défaut dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de démences séniles. Ils ont mis en évidence une interaction entre cette protéine et la protéine TAU, dont la formation en « buissons » et amas anormaux est caractéristique de l’Alzheimer, depuis les travaux du médecin qui a donné son nom à la maladie. Le Pr Baulieu a présenté mardi la nouvelle phase de ses recherches : pendant deux ans, son équipe va cibler la régulation de la protéine FKBP52 pour tenter de dépister, prévenir voire guérir Alzheimer.

Le Pr Baulieu a présenté la protéine FKBP52 comme une « arme pour réguler et modifier la protéine TAU qui est notre cible ». En augmentant le taux de FKBP52 dans le sang des malades d’Alzheimer à l’aide de moyens pharmacologiques, l'équipe de l’Inserm ambitionne de bloquer l’apparition de la forme pathologique de la protéine TAU, ou de la faire disparaître. Outre des objectifs préventifs par une mesure du taux de FKBP52 chez les patients, le Pr Baulieu, « optimiste » de nature, vise donc la mise au point de médicaments. L’espoir de soigner Alzheimer est tenace. « En trois ou quatre ans on aura des résultats importants et concrets », a déclaré le Pr Baulieu. « Cela peut aller beaucoup plus vite que les gens ne disent », a-t-il estimé. Pour le biochimiste Bernard Roque, membre de l'Académie des sciences et professeur à l'Université Paris Descartes, il faudra « dix ans » pour que cette découverte « simple mais essentielle » débouche sur un médicament.

Alzheimer touche près d’un quart des personnes de plus de 90 ans selon le Pr Baulieu, à l'origine de la pilule abortive RU486, aujourd'hui âgé de 85 ans. Selon une estimation du World Alzheimer Report 2010, le coût mondial de cette maladie, pour l’instant incurable, s’élève à 604 milliards de dollars.

Elodie Vergelati

(Sources : AFP, leparisien.fr)
Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Alzheimer : un médicament porteur d'espoir
Alzheimer: identification de 5 nouveaux gènes liés à la maladie
Alzheimer : les médicaments deviennent facultatifs
Pour lutter contre la maladie d'Alzheimer, mangez du poisson !
Alzheimer : les médicaments en réévaluation restent remboursés
Alzheimer : l'abus de psychotropes augmenterait les risques
Christine Orban raconte Alzheimer dans « Le pays de l’absence »