Boom de la "nintendinite", la pathologie des joueurs de console

Boom de la "nintendinite", la pathologie des joueurs de console
Boom de la "nintendinite", la pathologie des joueurs de console
Utilisées dans de mauvaises conditions ou de manière excessive, les consoles de jeux vidéo peuvent causer des troubles musculo-squelettiques plus ou moins importants. D’ailleurs, une équipe de chercheurs néerlandais vient de reconnaître la « nintendinite » comme étant une véritable pathologie liée à l’utilisation de la Nintendo.
A lire aussi
"Baby Boom" saison 3 : découvrez la maternité de Montreuil sur TF1
bebe
"Baby Boom" saison 3 : découvrez la maternité de...


Comme de nombreux petits chanceux, vos enfants ont peut-être eu la bonne surprise de se voir offrir une console de jeux vidéo au matin de Noël. Mais aussi divertissantes soient-elles, ces dernières peuvent toutefois avoir des conséquences inattendues lorsqu’elles sont utilisées dans de mauvaises conditions. D’ailleurs, après la multiplication des cas recensés, un groupe de médecins et de chirurgiens néerlandais vient de valider l’existence de la « nintendinite », une pathologie étroitement liée à l’utilisation excessive d’une console. Contraction de la marque Nintendo et du mot tendinite, la nintendinite désigne la persistance d’une douleur intense dans le pouce, la main ou le poignet pouvant être soignée par la prise d’anti-inflammatoires. Loin d’être récente, cette pathologie a été observée pour la première fois il y a 15 ans, en 1990, sur une femme de 35 ayant souffert de vives douleurs au pouce après passé cinq heures devant sa Nintendo.

Les mains des joueurs mises à rude épreuve

Outre ce trouble, l’analyse de 38 publications a permis aux chercheurs de mettre en lumière d’autres pathologies, elles aussi causées par différents type de consoles Nintendo. Ces différentes blessures musculo-squelettiques ont été détaillées dans le numéro du British Medical Journal paru le 16 décembre dernier. Ainsi, avec la Nintendo 64, plusieurs cas de brûlures à la main ont été déclarés. En cause : le joystick dont était dotée cette console.

« Dans certains jeux comme Mario Party, les joueurs devaient faire tourner le plus rapidement possible le joystick. Ils se sont vite aperçus qu’il était plus efficace d’effectuer ces mouvements avec la paume de la main plutôt qu’avec le pouce ; ce qui a provoqué des plaies de la paume », a expliqué l’équipe de chercheurs de l’université de Groningue (Pays-Bas). À l’époque, devant l’ampleur des plaintes, Nintendo avait d’ailleurs dû commercialiser un gant spécial de protection.

Dans ce cadre, la célèbre Wii est elle aussi pointée du doigt. En succédant à la Nintendo classique, elle a étendu la zone des pathologies de la main à l’ensemble du corps. En effet, avec l’apparition d’un système capable de détecter la position du joueur dans l’espace, ce dernier sollicite désormais l’ensemble de ses muscles pour reproduire le plus parfaitement possible les mouvements virtuels demandés ou pour s’adonner à des actives sportives (avec le jeu Wii Sports, par exemple). Problème : les séances de jeu prolongées sont là aussi souvent responsables de blessures plus ou moins traumatiques telles que des entorses, des fractures et des hématomes.

Les vertus insoupçonnées des jeux vidéo

En revanche, la pratique modérée des jeux vidéo a de nombreuses vertus. Elle améliorerait en effet les réflexes et la mémoire, contribuerait à ralentir la dégénérescence et soulagerait les patients souffrant de douleurs chroniques. D’une manière générale et malgré les conclusions alarmistes de leurs recherches, les scientifiques s’accordent sur la non-dangerosité des consoles. « Cependant, les joueurs ne doivent pas trop secouer la manette, faire attention à l’endroit où ils jouent et faire des pauses fréquentes », préviennent-ils. À bon entendeur.