Les "343 salauds" épinglés sur le Tumblr "343 connards"

Les "343 salauds" épinglés sur le Tumblr "343 connards"
Les "343 salauds" épinglés sur le Tumblr "343 connards"
Alors que les députés doivent prochainement examiner une proposition de loi socialiste visant à pénaliser les clients des prostitués, le manifeste des « 343 salauds » intitulé « Touche pas à ma pute », qui défend la prostitution, enflamme le débat. La pétition publiée dans le mensuel Causeur a suscité une levée de boucliers au sein de l’opinion.
A lire aussi

Les « 343 salauds » qui ont signé le manifeste « Touche pas à ma pute » dans le magazine Causeur ont été « rebaptisés ». Un Tumblr intitulé sobrement « 343 connards » vient de voir le jour pour permettre aux internautes de se défouler contre les plus médiatiques des signataires du texte controversé. Chaque photo est ainsi connectée à Twitter ; il suffit de cliquer pour « tweeter un mot doux » au « connard » de votre choix. Le hashtag de l’opération, qui remporte déjà du succès sur Twitter : #343connards.

Référence malheureuse

Hostile à la sanction des clients prévue dans la proposition de loi, cette tribune, publiée dans l’édition de novembre mais déjà mise en ligne sur le site du magazine, a en effet provoqué un tollé médiatique. Les détracteurs de la pétition s’insurgent en particulier contre le parallèle établi par les signataires du texte avec le « Manifeste des 343 », paru en 1971 dans Le Nouvel Observateur, qui avait pour but de réaffirmer la liberté des femmes à disposer de leur corps en défendant l’interruption volontaire de grossesse.

« 343 Lapins Crétins »

« Les 343 salopes demandaient à disposer de leur corps, les 343 salauds demandent à disposer du corps des autres », a condamné la porte-parole du gouvernement et ministre des droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem. « Honte aux 343 Lapins-Crétins du lamentable manifeste », a déclaré pour sa part Anne-Yvonne Le Dain, députée PS de l'Hérault, dénonçant sur sa page Facebook « l'amalgame fait avec le Manifeste des 343 salopes ». Le mouvement du Nid, qui milite pour l’abolition de la prostitution, a également dénoncé « l’indécence » des comparaisons établies par les signataires du texte. La présidente de l'association Osez le Féminisme, Anne-Cécile Mailfert, dénonce, elle, « 343 mâles dominants qui veulent défendre leur position et continuer de disposer du corps des femmes par l'argent ». Enfin l'association SOS Racisme s'est émue du « détournement désolant » de son slogan «Touche pas à mon pote ».

Rétropédalage de Nicolas Bedos

La polémique suscitée par le manifeste a déjà conduit certains de ses signataires à se dédire. Ainsi l'humoriste Nicolas Bedos, un des premiers à apposer son nom en bas de ce texte, a affirmé « regretter » de s'être associé à l'initiative. Il s'est également dit « embarrassé par le voisinage » d'autres signataires qui « ne sont pas tous mes camarades de lutte ». Nicolas Bedos reconnaît par ailleurs que la comparaison avec les « 343 salopes » est « indécente » et «un peu inconséquente » même si pour lui « vouloir abolir la prostitution c'est aussi con que de vouloir abolir la pluie ».

VOIR AUSSI

Causette : son dossier sur la prostitution fait polémique sur Twitter
Abolition de la prostitution : une vidéo crée le malaise
Femen : une nouvelle campagne choc contre la prostitution

Plus d'actu sur : Prostitution : faut-il pénaliser le client ?

Abolition, légalisation ou pénalisation : revue de détail des lois sur la prostitution en Europe
Pénalisation du client : le PS méprise-t-il les prostituées ?
Loi sur la prostitution : que pourrait changer la proposition de loi socialiste ?
Dans l'actu