Camille Cerf a dit non à la chirurgie esthétique

Camille Cerf a dit non à la chirurgie esthétique
Camille Cerf a dit non à la chirurgie esthétique
Élue Miss France 2015 il y a une semaine, Camille Cerf avait également tapé dans l’œil des agences de mannequin lors de son adolescence. Problème, ces dernières ont souhaité faire passer la jeune nordiste sur la table d'opération, alors qu'elle débutait une jolie carrière dans le mannequinat.
A lire aussi


Elle a été désignée par les Français comme étant la « plus belle femme de France ». Le 6 décembre dernier, Camille Cerf, 20 ans, a succédé à Flora Coquerel en remportant le titre de Miss France 2015. Mais bien avant les téléspectateurs, les agences de mannequins avait déjà repéré cette beauté nordique. D'ailleurs, alors qu'elle n'était qu'une adolescente, cette originaire du Nord-Pas-de-Calais avait intégré l'agence Elite à la suite de sa participation au concours Elite Model Look, et foulé les catwalks.

« L’an­née de mon bac, j’ai pu défi­ler pour Issey Miyake et Agnès b. Mais j’ai dû arrê­ter », raconte-t-elle à Paris Match. En cause, une exigence à laquelle la jeune femme a refusé de se plier, alors qu'elle s'apprêtait à s'envoler vers l'Australie pour honorer un énième contrat. En effet, elle apprend que son nez n'est pas au goût de tout le monde dans le milieu de la mode. « Ils voulaient que je le refasse. J’ai refusé », assure-t-elle.

Les prétendantes au concours Miss France ne doivent pas avoir fait de chirurgie esthétique

Puis les évènement s'enchaînent. Après qu'a été diagnostiqué le cancer du poumon de son père, Camille Cerf met un terme à sa carrière balbutiante de mannequin pour rester auprès de sa famille. « Il est resté malade pendant un an. Son cancer du poumon s’est géné­ra­lisé. Il n’était déjà plus là pour mon élec­tion régio­nale. Mais je sais que, lorsque j’ai parti­cipé à Elite, il était super fier. »

A noter que Camille Cerf peut, quant à elle, être fière de ne pas avoir céder aux sirènes du bistouri. En effet, le règlement du concours Miss France stipulant que les prétendantes ne doivent pas avoir eu recours à la chirurgie esthétique, elle n'aurait jamais pu se présenter à l'élection si elle avait accéder à la demande des agences de mannequin.