Scénario catastrophe pour le FMI

Scénario catastrophe pour le FMI
Scénario catastrophe pour le FMI
Dans cette photo : Christine Lagarde
Alors qu’une baisse de la croissance est prévue, Christine Lagarde pense que tout est possible au niveau mondial suite à la crise de la dette.
A lire aussi

En effet, cette crise de la dette européenne pourrait très bien se propager dans le monde comme cela avait été le cas en 2008/2009 au moment où la banque américaine Lehman Brothers était en faillite.

La vigilance est donc de mise. Et pour Christine Lagarde, il faut aider la Grèce, c’est le moyen pour que la dette de l’Europe s’amenuise et que cette dette ne gangrène pas les autres pays. Les pays d’Europe s’étaient engagés en juillet dernier à verser 8 millions d’euros pour sortir la Grèce de ce marasme économique.

Christine Lagarde les encourage à tenir leur promesse :

« La consommation dans les économies avancées a des chances de rester anémique » et le chômage « de rester élevé pendant un certain temps », a déclaré le FMI qui rajoute : « Si la crise de la dette, actuellement située en périphérie, devait continuer à s'étendre aux économies du noyau dur de la zone euro, cela pourrait entraîner des perturbations significatives dans la stabilité financière internationale ».

Seuls les pays d’Asie continueraient d’accroitre leurs bénéfices. Des prévisions de croissance ont été faites pour chaque pays. Pour la France, il est estimé que le produit interieur  brut augmentera de 1.7% en 2011 et seulement 1.4 % en 2012. L’Allemagne qui est un pays moteur au niveau de l’économie européenne devra revoir sa croissance à la baisse (hausse du PIB de 2.7% en 2011 et seulement 1.3% en 2012). Chaque pays, chaque banque doit donc prendre des mesures qui leurs seront propres pour limiter la casse.

Crédit photo : IMF Photograph/Stephen Jaffe

VOIR AUSSI

Christine Lagarde prend les rênes du FMI aujourd'hui

Christine Lagarde officiellement candidate à la direction du FMI

Christine Lagarde, première femme à la tête du FMI

DSK démissionne du FMI : la grande question de la succession