Contre la soumission totale à un seigneur

Contre la soumission totale à un seigneur
Contre la soumission totale à un seigneur
Chaque semaine, Françoise Holder nous livre son analyse de l’actualité. Cette fois, la polémique autour de la femme verbalisée pour port de voile intégral au volant, et celle de son compagnon soupçonné de polygamie l’ont faite bondir. Elle vous expose ses opinions à chaud, sans concessions, et à l’inverse du politiquement correct.
A lire aussi
Les femmes malgaches dégainent leurs mini-jupes contre les consignes du gouvernement
News essentielles
Les femmes malgaches dégainent leurs mini-jupes contre...

Comment éviter cette semaine de parler du voile intégral. Comment éviter de parler de femmes françaises converties à la religion musulmane et si heureuses apparemment sous leur niqab. Comment éviter aussi de parler de polygamie, réelle ou supposée ?

En fait, on ne voit pas si elles sourient tant que cela. Si elles sont heureuses d’être la femme n°1 ou la concubine n°3. Cela m’a fait penser à ce merveilleux film « Epouses et concubines » qui se passait en Chine au XIXe siècle et où là aussi sous un bonheur de façade, les épouses officielles et les concubines s’entre-déchiraient allant jusqu’au meurtre.

Comment peut-on tolérer voile ou pas cette soumission totale à un seigneur qui n’est en fait souvent qu’un homme cruel et autoritaire. Comment peut-on imaginer que ces femmes aient réellement renoncé à tout, travail, indépendance, petites virées entre amies…

Bref, comment peut-on concevoir sans révolte cette mise en esclavage car c’en est une – et si elle donne l’impression d’être voulue par l’intéressée, c’est que son cerveau a été lui aussi mis en esclavage – et cela nous ne pouvons le tolérer. Et tant que la démocratie survivra dans notre pays, nous avons le devoir impératif de nous insurger contre cela. Non, non et non. Jamais nous ne serons consentantes à ces tristes mascarades.

VOIR AUSSI :

L'édito de la semaine du 16 avril : la réforme des retraites

L'édito de la semaine du 23 avril : le principe de précaution