Haradinaj : l'ex-Premier ministre kosovar encourt 20 ans de prison

Haradinaj : l'ex-Premier ministre kosovar encourt 20 ans de prison
Haradinaj : l'ex-Premier ministre kosovar encourt 20 ans de prison
Dans cette photo : Police
Le représentant du bureau du procureur a requis aujourd’hui, devant le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, une peine d’au moins 20 ans pour l’ex-Premier ministre kosovar, Ramush Haradinaj. Il est rejugé en appel pour crimes de guerre commis en 1998.
A lire aussi


L’ex-Premier ministre kosovar, Ramush Haradinaj, est rejugé en appel par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY)  depuis le 18 août 2011. Le représentant du bureau du procureur, Paul Rogers, a requis ce lundi une peine d’au moins 20 ans de prison contre lui.
Ramush Haradinaj, ancien chef de l’Armée de libération du Kosovo (UCK) entré en politique, était acquitté le 3 avril 2008 des 37 chefs d’accusation de crimes contre l’humanité et crimes de guerre qui pesaient sur lui. Ces crimes auraient été commis dans un centre de détention de l’UCK situé à Jablanica, dans le sud-ouest du Kosovo, contre des prisonniers suspectés d’être des « opposants à l’UCK » collaborant avec les Serbes.
Le TPIY avait fait appel de cet acquittement et demandait à ce que l’accusé soit rejugé sur la base de six chefs d’accusation de crimes de guerre, parmi lesquels figurent la torture et le meurtre.  Pour le Tribunal, l’équité du procès en première instance n’avait pas été respectée, certains témoins ayant été intimidés.
L’accusation a requis des peines similaires pour les co-accusés, Idriz Balaj, ancien commandant de l'unité spéciale des « Aigles noirs » de l'UCK, et Lahi Brahimaj, un autre ex-responsable de l'UCK condamné à six ans de prison.
En première instance, les peines requises atteignaient déjà 25 ans d’emprisonnement. Seuls Lahi Brahimaj avait été condamné à de la prison ferme.

Viviane Clermont

Source : AFP

VOIR AUSSI

Une femme contre les criminels de guerre, entretien avec Céline Bardet
Kosovo : une femme de la Police élue présidente par le parlement
Ratko Mladic refuse de plaider
La justice a oublié les femmes violées pendant la guerre de Bosnie-Herzégovine