JO de Londres : deux Saoudiennes autorisées à concourir

JO de Londres : deux Saoudiennes autorisées à concourir
JO de Londres : deux Saoudiennes autorisées à concourir
Pour la première fois, tous les pays présents aux Jeux Olympiques d'été auront des représentantes féminines. L'Arabie saoudite, dernier pays réticent, vient de donner son accord pour envoyer Wodjan Ali Seraj Abdulrahim Shahrkhani et Sarah Attar défendre leurs couleurs à Londres.
A lire aussi
JO de Londres : une judokate saoudienne devra enlever son hijab
femmes
JO de Londres : une judokate saoudienne devra enlever son...


C’est historique pour le Comité international olympique (CIO) : les instances organisatrices du plus grand rassemblement sportif mondial sont parvenues à convaincre la totalité des pays participants d’envoyer des sportives dans leurs délégations. La dernière nation à freiner le processus était l’Arabie saoudite, la plus attachée aux valeurs islamistes des pays du Golfe. Avant elle, le Qatar et Brunei ont lâché prise, le Qatar ayant même annoncé que son porte-drapeau serait une femme.

Pour l’heure, deux athlètes saoudiennes devraient participer aux Jeux Olympiques londoniens : Wodjan Ali Seraj Abdulrahim Shahrkhani en judo (catégorie + de 78 kilo) et Sarah Attar en athlétisme (800m). Une nouvelle accueillie chaleureusement par le CIO, comme l’a fait savoir son président Jacques Rogge : « C'est une nouvelle très positive, et nous serons ravis d'accueillir ces deux athlètes à Londres dans quelques semaines. Le CIO travaille en collaboration très étroite avec le comité olympique d'Arabie saoudite(…). Le CIO n'a eu de cesse de lutter pour obtenir un meilleur équilibre entre hommes et femmes aux Jeux olympiques, et la nouvelle d'aujourd'hui peut être vue comme le signe d'une évolution encourageante ».

En revanche, le CIO n’a pas précisé les contraintes imposées par le royaume d’Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud. Le responsable des sports d’Arabie saoudite, le prince Nawaf ben Fayçal, avait parlé d’une tenue islamique obligatoire, de la présence d’un parent proche ainsi que de la non-mixité.

Laure Gamaury

(Source : lepoint.fr)
Crédit photo : Hemera

VOIR AUSSI

JO de Londres : l'Arabie saoudite autorise les femmes expatriées à participer
JO de Londres : la délégation américaine majoritairement féminine
JO de Londres : les sportives de nouveau soumises à des « tests de féminité »