Le vote des femmes influencé par les hormones: l'étude qui embarrasse CNN

Le vote des femmes influencé par les hormones: l'étude qui embarrasse CNN
Le vote des femmes influencé par les hormones: l'étude qui embarrasse CNN
En commentant une étude non publiée sur l'influence des hormones sur le vote des femmes, la chaîne d'info en continu américaine CNN, a déclenché la polémique et s'est fait critiquer de toutes parts avant de retirer l'article de son site internet. Mais le mal était déjà fait.
A lire aussi


CNN aurait mieux fait de s’abstenir. En publiant sur son site internet une étude non vérifiée et non encore publiée qui suppose que les hormones des femmes influencent leurs choix électoraux, la chaîne de télévision américaine a provoqué un véritable tollé. Devant les 282 commentaires de lecteurs en colère et les réactions de ses pairs, CNN a rapidement retiré l’article qui débutait par « Pendant que les deux camps se battent pour le vote des femmes, voici quelque chose qui pourrait augmenter leurs chances de victoire, mais sur laquelle ils n'ont aucun contrôle : les cycles de menstruation des femmes ».

Les célibataires plutôt en faveur d’Obama

Ladite étude menée par Kristina Durante, professeure de marketing à l’université du Texas, compile les réponses de 275 femmes interrogées via Internet et dont 55% sont en couple. Il en ressort que pendant leur « période fertile », les célibataires opteraient plutôt pour un bulletin Obama qu’un Romney et que ces dernières sont souvent « moins religieuses ». Ces résultats devraient être publiés dans le journal Psychological Science pour être critiqués par la profession des chercheurs. Une étape que la chaîne d’information en continu a vraisemblablement occultée.

Mais pour nuancer le propos, l’auteure de l’article incriminé a tout de même relaté les réserves de certaines personnalités politiques ainsi que l’avis de Susan Caroll, professeure de sciences politiques à l’université du New Jersey : « Ces conclusions s’inscrivent dans la longue et troublante tradition d'utiliser les hormones des femmes comme une excuse pour les exclure de l'arène politique ». Avant d’expliquer sa démarche sur Twitter : « C’est une étude qui doit être publiée dans une revue à comité de lecture et qui inclut du scepticisme. »

Critique virulente de tous côtés

Tandis que le blog Jezebel titrait « CNN pense que les femmes, insensées, ne peuvent pas s'empêcher de voter avec leur vagin plutôt qu'avec leur tête », le New York Mag se moquait ouvertement de sa consœur : « Veuillez s'il vous plaît avoir la gentillesse d'indiquer à Nate Silver (un statisticien américain) la date de vos dernières règles et votre statut marital afin qu'il puisse comprendre une bonne fois pour toute qui va gagner ce truc le 6 novembre ». Finalement, c’est Susan Caroll qui résume le mieux la situation en concluant : « On a souvent cru qu'une femme ne pourrait jamais être présidente des États-Unis car, Dieu nous préserve, une crise internationale pourrait avoir lieu pendant ses règles ! »

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Présidentielle américaine : le vote des femmes plus que jamais crucial
Présidentielle américaine : une femme à la Maison-Blanche en 2016 ?
Présidentielle américaine : Romney ou Obama, qui remportera le vote des femmes ?

Dans l'actu