Afghanistan : les femmes entre burqas et chirurgie esthétique

Afghanistan : les femmes entre burqas et chirurgie esthétique
Afghanistan : les femmes entre burqas et chirurgie esthétique
Alors qu'un rapport de l'ONU montre qu'une loi contre les violences faites aux femmes est de plus en plus utilisée en Afghanistan, il souligne que les droits des femmes avancent néanmoins à reculons. Cependant, certaines petites avancées se développent dans les grandes villes, l'exemple le plus surprenant étant certainement celui de l'accès des Afghanes à la chirurgie esthétique.
A lire aussi


Selon un rapport publié mardi par l’ONU, les Afghanes ont de plus en plus recours à une loi contre les violences faites aux femmes votée en 2009. Ainsi, le nombre de cas de violences rapportés à la Commission afghane des droits de l'Homme a quasiment doublé d'une année sur l'autre (4.010 de mars à octobre 2012 contre 2.299 de mars 2010 à mars 2011), traduisant selon l’ONU une meilleure sensibilisation de la société afghane à cette cause. Reste que comme le souligne le rapport, ces affaires aboutissent rarement à des condamnations. Cependant, l’ONU estime qu'après onze années de présence internationale en Afghanistan, les droits des femmes ont largement progressé dans les grandes villes, même s’ils restent inexistants ou presque dans les campagnes.

La chirurgie esthétique à Kaboul : une petite révolution

Signe d’une société en évolution, les cliniques privées fleurissent à Kaboul. Leur offre ? Liposuccion, rhinoplastie, implants mammaires… La chirurgie esthétique commence à trouver preneuses dans la capitale afghane. Dans un pays où les femmes sortent dans la rue en burqa et où la société machiste leur interdisait il y a quelques années encore de travailler, étudier ou sortir de chez elles non accompagnées, c’est une petite révolution. Les principales femmes à faire appel à ces nouveaux chirurgiens sont issues de la classe moyenne et demandent principalement à se faire refaire le nez, rapporte l'AFP. « Il y a dix ans, quand je suis revenu en Afghanistan, il ne s'agissait que de réparer des cicatrices liées à la guerre, raconte le Dr Hamkar, chirurgien à Kaboul. Depuis deux ou trois ans, un flot continu de jeunes, hommes ou femmes, et même des religieux, viennent nous voir (...) simplement pour se sentir mieux et beaux ». « Un signe positif », selon lui, pour qui le peuple afghan a aujourd'hui « des idées en tête qui ne surgissent qu'en temps de paix ».

Crédit photo : Abaca

VOIR AUSSI

Chirurgie esthétique : 4 questions à se poser avant de sauter le pas 
Iran : Nasrin Sotoudeh, maigre victoire pour l'avocate des droits de l'Homme
Afghanistan : la députée féministe Fawzia Koofi publie « Lettres à mes filles »
Afghanistan : 10 ans de conflit
Afghanistan : polémique autour de la vidéo d'une femme adultère exécutée
Afghanistan : des extrémistes empoisonnent une centaine de collégiennes