Viol d’une petite fille de huit ans au Yémen : un hoax mal ficelé ? - vidéo

Viol d’une petite fille de huit ans au Yémen : un hoax mal ficelé ? - vidéo
Viol d’une petite fille de huit ans au Yémen : un hoax mal ficelé ? - vidéo
La petite Yéménite de huit ans décédée, selon des sources locales, des suites d'un viol durant sa nuit de noces, serait bel et bien vivante. La police locale a démenti l'information et dévoilé à la presse le visage d’une petite fille en pleine santé.
A lire aussi
Elle lance le premier magazine féministe pour petites filles
education
Elle lance le premier magazine féministe pour petites...


Difficile à présent de déceler le vrai du faux, dans l'histoire lugubre de cette petite fille de huit ans, que des médias locaux et des organismes militant pour les droits de l'homme, déclaraient morte la semaine dernière. La jeune Rawan serait vivante et en très bonne santé, si l'on en croit les déclarations à la presse du chef des enquêtes criminelles de la province de Hajja, au Nord-Ouest du Yémen.

Ce mardi, une conférence de presse a été organisée, en présence de la supposée Rawan : « Voici la fillette Rawan. Elle est vivante et n'a jamais été mariée », déclare le chef de la police, selon qui la fillette aurait subi des examens médicaux révélant qu'elle était toujours vierge. La petite fille, assise à côté d'un homme présenté comme étant son père, a confirmé le discours des autorités : « Tout ce qui a été dit est faux. Ma soeur aînée, âgée de 18 ans, a été mariée récemment. »

Deux versions, un scénario officiel

Il y a dix jours pourtant, Mohammad Radman, un journaliste yéménite indépendant, confiait cette histoire au journal Gulfnews.com d'une fillette de huit ans mariée de force et décédée des suites d'un déchirement de l'utérus pendant sa nuit de noces. Il affirmait alors pouvoir faire témoigner les voisins de la famille de Rawan. Le gouverneur de Hajja avait aussitôt démenti. Aujourd'hui, le scénario mis en place déconcerte les observateurs étrangers : s'agit-il d'un « hoax » (information fausse véhiculée par Internet) plutôt mal ficelé, ou d'une affaire bien encombrante pour le pouvoir en place, qui autorise les mariages forcés de mineurs ?

Reste que l'histoire n'est pas sans précédent. Il y a quelques mois, la même confusion régnait autour du cas de Nada, une petite fille qui menaçait de se suicider si on la mariait de force dans une vidéo postée sur Internet. La véracité de son histoire avait par la suite été mise en doute par une ONG locale.

>> Mariage en Arabie saoudite : l'âge minimum pour les filles passe à 16 ans <<

Découvrez la vidéo réalisée par Gulfnews où la petite Rawan dément avoir été mariée de force :