Syrie : les noms de deux otages révélés par erreur ?

Syrie : les noms de deux otages révélés par erreur ?
Syrie : les noms de deux otages révélés par erreur ?
La liste des journalistes retenus en otage en Syrie, s'est allongée ce mercredi. Alors qu'il était interrogé au micro d’Europe 1 sur le sort des deux journalistes retenus en Syrie, Didier François et Edouard Elias, le Premier ministre a répondu, en révélant les noms de Nicolas Hénin (37 ans) et Pierre Torres (29 ans), enlevés eux aussi en juin dernier.
A lire aussi


L’information ne devait être révélée que samedi selon les proches. Nicolas Hénin, reporter et Pierre Torrès, photographe, ont été enlevés en Syrie 22 juin dernier. Mais Jean-Marc Ayrault interrogé mercredi matin sur Europe 1 au sujet d’éventuelles preuves de vie des journalistes Didier François et Edouard Elias, a répondu en donnant le nom de ces otages dont la détention avait été gardée secrète jusque-là. Dans la journée, un communiqué du Quai d’Orsay, a confirmé cette information. « Pour respecter la volonté des familles, l’annonce de leur enlèvement avait été différée jusqu’à présent et maintenue confidentielle jusqu’à ce jour » a précisé le ministère.

Une « boulette » du Premier ministre ?

Mais pour l’un des proches de Nicolas Hénin il s’agit d’une « boulette » de la part du Premier ministre. « Quand la famille a décidé de rendre cela public, elle s’est demandé comment, si cela n’allait pas gêner les recherches et le travail des autorités », a expliqué à l’AFP Eric de Lavarène, administrateur de l’agence de production Solasfilms, dont Nicolas Hénin fait partie. Selon lui, « il n’était pas question de rendre cela public sans leur en parler ni avoir leur aval ». « La stratégie de communication n’est pas facile, c’était en cours de préparation avec le père de Nicolas Hénin », a –t-il ensuite expliqué avant de lancer : « C’est une boulette, il y a un réel manque de tact ». Selon l’entourage du Premier ministre, il n’y a pourtant pas eu de maladresse, « il était prévu que les noms soient connus dans la semaine ».

La famille pour sa part a indiqué dans un communiqué que les deux journalistes étaient en vie, faisant état d' « une preuve de vie » qui leur a été communiquée par les autorités françaises en août dernier. « Rien n’a été indiqué de leur lieu et conditions de détention », ont-ils ajouté même si selon eux, les deux journalistes ont été enlevés dans la ville de Raqqa, dans le nord de la Syrie.

VOIR AUSSI

Syrie : des Tunisiennes prostituées de force pour le "jihad sexuel"
Miley Cyrus intéresse 12 fois plus les internautes que la Syrie
Syrie : la pigiste italienne Francesca Borri, "donneuse de leçons" ?