Discours sur l'état de l'Union : Obama cite "Mad Men" pour défendre l'égalité salariale

Discours sur l'état de l'Union : Obama cite "Mad Men" pour défendre l'égalité salariale
Discours sur l'état de l'Union : Obama cite "Mad Men" pour défendre l'égalité salariale
Dans cette photo : Barack Obama
Dans son discours sur l'état de l'Union, Barack Obama a fait de l'égalité salariale entre les hommes et les femmes son cheval de bataille pour 2014. Et a, pour illustrer ses propos, fait référence à « Mad Men ».
A lire aussi


Chaque année, le discours sur l'état de l'Union est un moment fort de la politique américaine. Le président des États-Unis y présente son programme pour l'année à venir devant ses secrétaires d'État, les 435 représentants de la Chambre, 100 sénateurs, les chefs de l'armée et les neuf juges composant la Cour suprême.

Le cru 2014, qui s'est déroulé ce mardi 28 janvier devant démocrates et républicains, a lui aussi amené son lot de grandes annonces emblématiques. Barack Obama a notamment annoncé vouloir augmenter le salaire minimal fixé à 7,25 dollars de l'heure, fermer la prison de Guantanamo, s'atteler à une réforme de l'immigration.

Mad Men, série sur une époque révolue ?

Une mesure annoncée par le président américain a particulièrement retenu l'attention des médias : celle de vouloir réduire, voire faire disparaître, les inégalités salariales entre hommes et femmes. « Aujourd'hui, les femmes représentent environ la moitié de la main-d'œuvre. Mais elles gagnent toujours 77 cents quand les hommes gagnent un dollar. C'est mal, et en 2014, c'est embarrassant. Une femme mérite d'obtenir le même salaire pour le même travail. Elle mérite d'avoir un bébé sans avoir à sacrifier son emploi. » Avant de poursuivre : « Il est temps de se débarrasser de règles qui relèvent d'un épisode de Mad Men sur le lieu de travail », déclenchant les applaudissements et les rires de l'assistance.

Ce n'est pas la première fois que Barack Oabama fait explicitement référence à des œuvres du petit écran. En décembre dernier, le président avait confié au New York Times être fan de Game of Thrones, Homeland, Breaking Bad, Mad Men, ou encore House of Cards. Il avait même fait savoir qu'il avait hâte de découvrir la saison 2 de la série sur Netflix.

De son côté, le showrunner Matthew Weiner, déclaré « être d'accord avec le président » et a fait savoir qu'il était « très honoré » que Mad Men « fasse partie d'un enjeu national urgent ».