Sarah Jessica Parker : son business, sa famille et sa collection avec Manolo Blahnik - vidéo

Sarah Jessica Parker : son business, sa famille et sa collection avec Manolo Blahnik - vidéo
Sarah Jessica Parker : son business, sa famille et sa collection avec Manolo Blahnik - vidéo
Dans cette photo : Sarah Jessica Parker
Actrice, icône fashion, productrice et femme d’affaires, Sarah Jessica Parker a transformé l’expérience « Sex and The City » en une entreprise florissante. Cette papesse de la mode vient de signer une collection avec Manolo Blahnik, le chausseur chouchou de Carrie Bradshaw… Et si ces deux-là n’étaient qu’un seul et même personnage ? Réponse dans l’interview de SJP sur CNN International dans l’émission Leading Women.
A lire aussi


Sarah Jessica Parker est devenue l’une des américaines les plus influentes dans le monde de la mode. Originaire d’une famille modeste de l’Ohio, la jeune femme qui approche aujourd’hui la cinquantaine, est pourtant loin d’avoir été élevée dans les fastes de la haute couture. Son œil de fashionista et son goût pour l’élégance, elle les tient de sa mère, une chineuse invétérée.

Elle confie ses souvenirs à Maggie Lake, journaliste pour CNN International : « Ma mère aimait les belles choses. Nous ne pouvions pas nous permettre d’en avoir mais elle était très futée et astucieuse. Nous allions dans les quartiers riches pour faire les brocantes de l’église. C’est là où elle arrivait à dénicher des robes avec des défauts pour 1,99$. Je me souviens de ce moment où j’étais dans le dressing de ma mère. Il s’agissait d’un simple placard qui séparait la chambre que je partageais avec ma sœur de celle de mes parents. Nous la regardions s’apprêter et terminer par une touche de parfum, ce qui nous donnait l’impression qu’elle allait descendre un long boulevard pour se rendre à une soirée glamour à Cincinnati dans l’Ohio. Cette image m’a vraiment marquée. Elle avait toujours l’air très chic. »

Sarah Jessica Parker débute sa carrière d’actrice sur la scène, à la télévision et dans le cinéma. En 1998, elle devient un phénomène international après avoir décroché le rôle de la journaliste Carrie Bradshaw dans la série Sex and the City. Le succès phénoménal de la série lui apporte de nombreuses opportunités et responsabilités, bien au-delà de sa carrière d’actrice. Ce rôle lui a forgé notamment la réputation d’une véritable icône de la mode, assise quasiment à la droite d’Anna Wintour. En début d’année, elle s’est associée au PDG de Manolo Blahnik pour lancer sa propre collection de chaussures. Un rôle qui lui va comme une paire de Manolo… Puisque le chausseur avait toute sa place dans le dressing idéal de Carrie Bradshaw. Un lien qu’elle est loin de renier entre la série et son business actuel : « J’ai toujours été honorée du lien qui m’a unie à ces dizaines de millions de femmes qui m’ont été fidèles pendant plusieurs années. Je n’aurais jamais eu cette opportunité sans leur engagement et l’attention qu’elles ont porté à cette série dans laquelle mon personnage était passionné par les chaussures. »


>>
Découvrez la collection de chaussures de Sarah Jessica Parker pour Manolo en images <<


A la question cruciale, de savoir comment SJP a conçu sa ligne d’escarpins, la créatrice répond avec aplomb : « Pour lancer ma collection, j’avais trois critères importants : une semelle unique, des couleurs neutres, et le prix. »

Maggie Lake : Vous avez beaucoup parlé de votre carrière d’actrice. Mais d’où provient ce goût pour les affaires ?

Sarah Jessica Parker : Lorsque j’ai commencé Sex and the City, le producteur Darren Star m’avait demandé si je voulais être productrice alors que je n’avais jamais produit quoi que ce soit pour la télévision ou le cinéma. Même si j’étais effrayée à cette idée, j’étais très impatiente d’apprendre. A partir du moment où j’ai accepté d’endosser plus de responsabilités, tout s’est accéléré. J’ai adoré être impliquée dans les discussions et être responsable des salariés et les défendre : des exigences de budget, le nombre d’heures travaillées… J’ai été surprise de découvrir que j’adorais les affaires.

Maggie Lake : Pensez-vous vivre un rêve ou s’agit-il de votre rêve qui se réalise ? Ou bien est-ce une sorte de rêve qui ne cesse d’évoluer ?

Sarah Jessica Parker : J’étais incroyablement chanceuse de voir tant d’opportunités s’offrir à moi et c’est pour cela qu’il m’est difficile de les refuser. Je me vois mal essayer de vous convaincre en vous disant que je n’ai pas un métier de rêve, que je n’ai pas eu de chance. Toutefois quand je songe à l’idée de « métier de rêve », il me semble qu’une fois réalisé, le rêve s’achève. J’aime à penser qu’il existe d’innombrables possibilités et de choses intéressantes à faire dans ce monde.

Maggie Lake : Beaucoup disent de vous que vous faites tout et êtes partout à la fois. Comment arrivez-vous à trouver un équilibre ?

Sarah Jessica Parker : Je me suis mise dans une situation où j’ai moi-même choisi d’être occupée. Il y a des millions de femmes dans ce pays qui ont deux ou trois emplois, qui n’ont aucune aide de l’Etat, et qui n’ont pas les moyens financiers de choisir le genre de soins à fournir à leurs enfants. Il serait ridicule de suggérer que j’ai du mal à trouver un équilibre ou que je suis débordée alors que j’ai moi-même choisi d’être une personne très occupée.

Maggie Lake : Admirez-vous quelqu’un en particulier comme mentor ?

Sarah Jessica Parker : Il ne s’agit pas nécessairement de titans de cette industrie, mais je pense que beaucoup de femmes ont influencé ma vie que ce soit par leurs choix, leur façon d’entretenir leurs relations, leur manière de parler et leur faculté d’apprendre. Toutes ces choses s’additionnent les unes aux autres. Je pense que le plus important c’est d’être une personne décente et honorable et de poursuivre son travail avec rigueur et dévouement. C’est votre éthique du travail qui se retrouve dans votre produit.

Découvrez cette interview Leading women dans son intégralité en vidéo et en anglais.