La réflexion sexiste du Premier ministre australien enflamme Twitter

La réflexion sexiste du Premier ministre australien enflamme Twitter
La réflexion sexiste du Premier ministre australien enflamme Twitter
Déjà épinglé à plusieurs reprises pour ses sorties sexistes, le Premier ministre australien Tony Abbott s'est une nouvelle fois attiré les foudres des internautes lors d'une interview télévisée, au cours de laquelle il a expliqué que la suppression de la taxe carbone permettrait aux femmes de moins dépenser d'argent en repassant. Classe.
A lire aussi


Tony Abbott sait décidément comment parler aux femmes. Il a même trouvé la technique infaillible pour les inciter à soutenir la politique menée par son gouvernement en 2015 : supprimer la taxe carbone qui, selon lui, plombe le budget des ménages et donc le moral des femmes qui s'occupent du repassage.

Jamais avare en déclarations sexistes, Tony Abbott a tenu ces propos hallucinants lundi 22 décembre sur la chaîne Nine Network. Interrogé sur la suppression de la taxe carbone, le chef du gouvernement australien a ainsi déclaré : « Comme nous le savons tous, les femmes sont très préoccupées par le budget des ménages. L'abrogation de cette taxe permet à chaque famille d'économiser quelque 550 dollars (soit 366 euros). »

Tony Abbott, le visage de « la misogynie moderne en Australie »

Une réflexion pas franchement féministe, qui fait écho à d'autres propos tenus en 2012. Alors parlementaire dans l'opposition, Tony Abbott s'était vivement opposé à l'instauration de la taxe carbone par le gouvernement travailliste dirigé par Julia Gillard en déclarant lors d'une séance au Parlement que « ce que les femmes au foyer australiennes doivent comprendre c'est que, si elles amènent leur linge à repasser au pressing, elles vont payer plus cher, mais en même temps, leur facture d'électricité sera plus élevée si elles font leur repassage elles-mêmes. »

Vrai militant pour l'égalité hommes-femmes, il avait également avancé la même année que « les hommes sont physiologiquement et de tempérament plus aptes à l'exercice de l'autorité et à donner des ordres » et que l'avortement était « une solution de facilité ».

Face à ses remarques misogynes à répétition, Julia Gillard avait alors dénoncé, dans un discours historique de quinze minutes, le sexisme de la classe politique australienne et affirmé qu'il lui « suffisait de se regarder sans un miroir pour voir à quoi ressemblait la misogynie actuelle en Australie ».



#ThanksTony, le hashtag qui monte

Sitôt tenus les propos de Tony Abbott ont enflammé les réseaux sociaux. Utilisant le hashtag #ThanksTony (Merci Tony) et des illustrations vintage de parfaites housewives, les femmes font depuis ce lundi mine de s'émouvoir de l'attention du Premier ministre australien à leur égard, et de le remercier pour les économies qu'elles vont pouvoir réaliser désormais en repassant.


Le Parlementaire et ex-ministre travailliste Anthony Albanese a lui aussi fustigé les propos de Tony Abbott. « Le problème n'est pas tant que Tony Abbott reste scotché au passé, mais c'est qu'il veut que toute l'Australie vive comme lui dans un monde où les hommes ont les emplois importants et les femmes font du repassage », a-t-il déclaré.

>> "Et sinon, je fais de la politique" : le tumblr qui dénonce le sexisme en politique <<

Dans l'actu