7 ans de prison pour l'opposante ukrainienne Ioulia Timochenko

La chef de l’opposition ukrainienne, Ioulia Timochenko, symbole de la révolution orange, a été reconnue coupable d’abus de pouvoir. Elle a indiqué qu’elle contestera le jugement devant la justice européenne.
A lire aussi


Le tribunal de Kiev a reconnu Ioulia Timochenko, chef de l’opposition ukrainienne, coupable d’abus de pouvoir à l’époque où elle était Premier ministre et l’a condamnée à 7 ans de prison ferme. Le juge Rodion Kireev qui a rendu son jugement a également interdit à l’opposante d’exercer des fonctions officielles durant trois ans.
Ioulia Timochenko était en détention provisoire depuis le 5 août, et jugée depuis le mois de juin pour avoir signé en 2009, alors qu’elle était Premier ministre et sans l’autorisation de son gouvernement, des accords gaziers avec la Russie. Or ces accords sont jugés comme défavorables à l’Ukraine. Le juge a considéré que l'accusée, en tant que Premier ministre, a « utilisé son autorité et ses prérogatives légales à des fins criminelles, commettant des actes qui outrepassaient clairement ses droits et son autorité ».
Face à ce verdict, la chef de l’opposition a déclaré sa volonté de contester le jugement devant la justice européenne. Elle a également appelé à lutter contre l’ « autoritarisme » en Ukraine. « Nous allons nous battre pour défendre notre réputation devant les instances européennes. Nous devons être forts et protéger l'Ukraine de l'autoritarisme et de l'absence de liberté », a-t-elle déclaré après l'annonce du jugement. Ioulia Timochenko s’en est également pris au président actuel de l’Ukraine, Viktor Ianoukovitch, face à qui elle a perdu la présidentielle en février 2010. « Le procès et ce jugement ont été commandités par Ianoukovitch et montrent la faiblesse du pouvoir », a-t-elle affirmé.

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

GPA : Un couple français arrêté en Ukraine
Tchernobyl : 25ème anniversaire de l’explosion de la centrale nucléaire
Alina Treiger, première femme rabbin en Allemagne depuis l’Holocauste
La Révolution des femmes saoudiennes est en marche