Scrutin binominal : "Une proposition choquante et humiliante pour les femmes"

Scrutin binominal : "Une proposition choquante et humiliante pour les femmes"
Scrutin binominal : "Une proposition choquante et humiliante pour les femmes"
Dans cette photo : François Hollande
Alors que deux projets de loi proposant la candidature de binômes homme-femme pour les prochaines élections cantonales ont été présentés la semaine dernière en Conseil des ministres, nombreuses sont les élues à s'élever contre ces propositions. « Choquant », « humiliant » : la présidente de la délégation aux Droits des femmes Catherine Coutelle dénonce une « fausse bonne idée ».
A lire aussi

Terrafemina : D'où vient cette idée de scrutin binominal ?

Catherine Coutelle : Je l'ignore. Il semble que ce soit le sénateur socialiste Yves Krattinger qui ait défendu ce projet en premier, idée qui a séduit plus d'un sénateur par la suite. Mais cette idée est en exception totale dans le scrutin français, je ne sais pas ce qui a pu l'inspirer.

Tf : Vous vous êtes dès le début farouchement opposée à cette proposition. Qu'est-ce qui vous dérange dans le projet de présenter des candidatures en binôme et paritaires ?

C. C. : C'est vraiment une fausse « bonne idée » à mes yeux et je ne suis pas la seule à m'élever contre, même si la question divise. Je l'ai d'ailleurs fait dire à la commission Jospin et ai fait remonter mes notes à François Hollande. La parité dans les conseils généraux est certes une question à traiter d'urgence : on y compte encore seulement 14% de femmes, une situation dramatique qui ne s'est pas améliorée avec les dernières élections, alors que l'on avait pourtant instauré le ticket paritaire, à savoir l'obligation pour les candidats d'avoir un suppléant de sexe différent. Le conseil général reste l'un des bastions qui résiste le plus à la féminisation et à la parité. Reste que l'instauration d'un scrutin binominal est pour moi une proposition choquante et humiliante pour les femmes. Cela revient à dire que les femmes n'arriveront jamais par elles-mêmes dans les conseils généraux et soutient cette fausse ancienne idée que les femmes font perdre les élections. « Vous n'aurez jamais de place », dit-on ainsi aux femmes, comme si elles devaient être avec un homme pour réussir à se faire élire.

Tf : Vous n'êtes pas d'accord avec ceux qui voient dans cette mesure un coup de pouce vers la parité ?

C. C. : Pour moi cette proposition véhicule une très mauvaise image de la parité. S'il y a un vrai problème à résoudre, la parité, on y a trouvé une fausse solution : le binôme homme-femme. Il faut se poser la bonne question : pourquoi les femmes sont-elles sous-représentées dans les conseils généraux ? Parce que les partis ne présentent pas de femmes aux élections, tout simplement. Si le parti socialiste, je prends l'exemple de ma famille politique, avait appliqué la règle qui veut que l'on présente une femme sur chaque circonscription sortante et avait présenté des femmes dans les cantons gagnables, la parité aurait fait un bond en avant. Ce sont là de vraies solutions qui ne sont pas appliquées. Et puis je m'interroge : cela signifie-t-il que nous devrons en passer par là pour les prochaines législatives ?

Tf : Quelles autres pistes préconisez-vous pour assurer la parité lors des scrutins régionaux ?

C. C. : La piste principale à étudier est la mise en place du scrutin de liste : une femme et un homme, sur un scrutin majoritaire. Cela imposerait une liste majoritaire. Par ailleurs, l'ancrage territorial et la représentativité des élus pourront être garantis par l'organisation de listes infra-départementales. Ce serait une solution véritablement efficace.

VOIR AUSSI

Scrutin paritaire : les féministes s'insurgent du projet de loi pour les cantonales
Parité : des binômes homme-femme présentés aux Cantonales 2015 ?
Les élections cantonales pour les nuls
Parité dans les partis : nouvelles contraintes en vue
Législatives 2012 : où sont les femmes ?
Cantonales : 86% des conseillers généraux sont des hommes !