NKM ne vit pas dans un "monde de bisounours", la preuve

NKM ne vit pas dans un "monde de bisounours", la preuve
NKM ne vit pas dans un "monde de bisounours", la preuve
Dans cette photo : Nathalie Kosciusko-Morizet
Pas de vacances médiatiques pour Nathalie Kosciusko-Morizet : la candidate à la mairie de Paris profite de l'été pour occuper le terrain en enchaînant les interviews, sans épargner au passage les piques et critiques envers sa rivale Anne Hidalgo. Ambiance.
A lire aussi


Quand elle ne pêche pas la crevette, NKM est en campagne. Même au cœur de l’été, la candidate UMP à la mairie de Paris ne perd pas le nord et continue à petites foulées son marathon médiatique. Dans sa ligne de mire, à peine voilée : Anne Hidalgo, sa rivale aux municipales, qu’elle n’épargne dans aucune de ses interviews. Celle qui se présente comme une « tueuse » en politique n’a d’ailleurs pas peur d’annoncer la couleur : l’hypocrisie, très peu pour elle. « Je n’aime pas l’hypocrisie, je n’ai pas de talent pour ça », assure-t-elle au cours d’une interview le 2 août sur RTL. « Quand j’ai quelque chose à dire en face, je le dis. » Car Nathalie Kosciusko-Morizet l’affirme, le monde politique, « ce n'est pas le monde des Bisounours ». « Quand on me cherche on me trouve, et quand j’ai quelque chose à dire, je le dis, voilà. » Voilà, donc, Anne Hidalgo n’a qu’à bien se tenir.

Pas assez popu, Paris Plages ?

Pourtant, interrogée sur le bilan des socialistes à la mairie de Paris, la députée-maire de Longjumeau reste très politiquement correcte. Exit les critiques trop directes ? Elle se contente pour commencer de rappeler qu’elle n’est pas là « pour casser ce qui a été fait » et qu’« il y a des choses qui sont bien ». On serait presque étonnés de tant de clémence. Mais la candidate UMP renchérit très vite : « Il y a des choses qui sont moins bien, d'autres que nous n'aurions pas fait de cette manière. » Et hop, elle continue en taclant Paris Plages dans la foulée, estimant que la mairie de Paris se trompe de cible, en proposant une animation qui profite plus aux touristes qu’aux « Parisiens qui ne peuvent pas partir en vacances ». La priorité selon elle : offrir aux Franciliens privés de vacances en été des solutions pour partir. Un petit appel du pied à l’électorat parisien populaire plus tard, NKM enchaîne sur le sujet de la fête. 

Soirées dans le métro façon NKM versus fête sur le périph’ à la Hidalgo

Apparemment, les deux candidates n’ont en effet pas la même façon d’appréhender la vie nocturne dans la capitale. NKM verrait bien des soirées et événements culturels s’emparer des stations de métro abandonnées de Paris. Outre nous dévoiler un petit côté underground qu’on ne lui connaissait pas, elle argue que côté problèmes de voisinages, on serait ainsi tranquille. Anne Hidalgo quant à elle souhaiterait ouvrir le périphérique aux piétons une fois dans l’année, pour une soirée sur la route… Est-ce que les Parisiens préféreront se « promener avec enfants et poussettes sur le périphérique » ? « Moi je ne me visualise pas avec mes jeunes enfants sur le périphérique, ça ne me fait pas très envie », commente NKM face à cette possibilité. Et Anne Hidalgo se visualise-t-elle participant à des soirées souterraines ?

Plus d'actu sur : Municipales 2014 à Paris

Actrice porno, à peine majeure, décédée : les candidates inattendues des municipales
Saint-Valentin : des cartes de voeux LOL et politiques pour dire "je t'aime"
Bruni, d'Ormesson, Barbelivien : qui sont les soutiens people de NKM ?