Batho privée de permanence à Melle à cause de Ségolène Royal ?

Batho privée de permanence à Melle à cause de Ségolène Royal ?
Batho privée de permanence à Melle à cause de Ségolène Royal ?
Dans cette photo : Ségolène Royal
« Des méthodes d'un autre âge ». L'ex-ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, Delphine Batho a été privée la semaine dernière de sa permanence de Melle, une commune des Deux-Sèvres, par le maire « pro-Royal », Yves Debien. Une décision qui viendrait de plus haut ?
A lire aussi


Ségolène Royal n’aurait-elle toujours pas digérée l’incartade de Delphine Batho ? Depuis que cette dernière a été renvoyée du gouvernement en juillet dernier pour avoir osé critiquer le budget alloué à son ministère, on sait les relations tendues entre la présidente de la région Poitou-Charentes et son ancienne protégée. Selon les informations du journal Sud-Ouest, Delphine Batho, aurait ainsi été privée de sa permanence de Melle, une commune des Deux-Sèvres, par le maire « pro-Royal », Yves Debien la semaine dernière. « Des méthodes d'un autre âge » selon l'ex-ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, qui estime donc que la décision d'Yves Debien viendrait de plus haut.

« Une mesure de rétorsion »

Pas plus tard que vendredi dernier, Segolène Royal avait en effet attaquée Delphine Batho jugeant qu’elle « avait atteint son seuil d’incompétence » en tant que ministre. Cette dernière a donc rejoint ses nouveaux locaux quelques centaines de mètres plus loin en rappelant que « tout cela n’avait aucune justification technique ou juridique. C’est une mesure de rétorsion » a-t-elle souligné. L’ancien maire de Melle a pour sa part réagi arguant « toute l’indignation, la rancœur de cette décision injuste ». Le président (PS) du conseil général a, lui, jugé la situation de « lamentable, inadmissible ».

VOIR AUSSI

Ségolène Royal se prend pour la Liberté guidant les politiques
Ségolène Royal flingue les socialistes mais n'assume pas
Wikipédia : Ségolène Royal, le "personnage historique" plus controversé que Jésus
Ségolène Royal : sa folle semaine médiatique