Présidentielle 2012 : Nicolas Sarkozy pour ou contre le mariage gay ?

Le chef de l'État Nicolas Sarkozy pourrait inscrire à son programme pour l'élection présidentielle de 2012 l'ouverture du mariage aux couples homosexuels. Une annonce non confirmée par l'Élysée mais qui séduirait une majorité des Français.
A lire aussi


En 2006, Nicolas Sarkozy déclarait : « le modèle qui est le nôtre doit rester celui d'une famille hétérosexuelle : les enfants ont besoin d'un père et d'une mère ». À 100 jours du premier tour de l’élection présidentielle, il semble que le chef de l’État puisse revenir sur sa position sur le mariage gay. C’est en tout cas ce que révèle le quotidien Libération, en indiquant que Nicolas Sarkozy pourrait inscrire l’ouverture du mariage aux couples homosexuels dans son futur programme de candidat. Toujours selon le quotidien, il réunira ainsi ses collaborateurs dans quelques jours à l’Élysée afin de trancher la question. Si plusieurs députés ont affirmé que « sa décision est prise », l’Élysée ne confirme pas l’information.

Si le sujet du mariage gay est traditionnellement dévolu à la gauche - François Hollande s’était ainsi déclaré dès le mois de juin 2011 favorable à l’union des couples homosexuels - les mentalités françaises évoluent et la question est désormais moins taboue. L’opinion publique est ainsi largement favorable au mariage gay et selon Gaël Sliman de l’institut BVA dont les propose sont cités dans Libération, « environ 40% des électeurs de droite soutiennent la mesure ».

Un sujet qui divise la droite
Reste que cette annonce divise la droite. Si beaucoup d’élus de la majorité sont favorables à l’adoption du mariage pour les homosexuels, d’autres se déclarent clairement contre une telle mesure. « Il y a effectivement un certain nombre de députés UMP qui font beaucoup de forcing », a ainsi déploré vendredi sur Europe 1 Christine Boutin, présidente du Parti Chrétien-Démocrate et candidate à l'élection présidentielle. « Tout le monde connaît ma position. Je ne suis pas favorable au mariage gay ni à l’adoption, et je tiendrai bon jusqu’au bout », a-t-elle insisté. La candidate fait ainsi allusion à la dizaine d’élus UMP qui ont lancé jeudi 12 janvier un recueil de propositions en ligne sur le site www.chapitre2012.fr : parmi les mesures figure l’idée d’un « pacte civil ». Par ailleurs fin novembre, dans une tribune parue dans L’Express, six secrétaires nationaux de l’UMP ont appelé à l’ouverture du mariage aux couples gays en demandant à ce que cette mesure figure au programme de M. Sarkozy.

Nicolas Sarkozy s'était déjà prononcé en faveur d’un « contrat d’union civique » en 2006, afin de «créer un système qui, sur le plan fiscal, patrimonial et successoral, garantisse l'égalité entre un couple hétérosexuel et un couple homosexuel ». Il avait cependant dû renoncer à son projet face aux protestations issues de son camp. Par ailleurs l'Assemblée nationale avait rejeté l'ouverture du mariage aux couples du même sexe, proposée par le Parti socialiste, en juin dernier.
Du côté de la gauche, on dénonce une démarche électoraliste. « C'est à la fois un coup médiatique et un ballon d'essai », a dénoncé Jean-Luc Roméro, conseiller régional affilié PS d’Île-de-France sur Europe 1, avant d'ajouter en parlant du chef de l’État : «les élections approchent, il essaie de (...) se donner une autre image pour séduire les homosexuels, comme il l'avait réussi en partie lors de la dernière élection ».

Selon Libération, une telle mesure permettrait d' « humaniser » l’image de Nicolas Sarkozy et compenser le virage à droite sur les questions d’immigration et de sécurité opéré par Claude Guéant. Face à 70% des Français qui jugent son bilan de façon négative, le président de la République tente ainsi de redorer son image avant de se lancer officiellement dans la campagne.

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Sondage Présidentielle 2012 : Hollande recule, Sarkozy stagne
Le bilan de Nicolas Sarkozy jugé négatif par 70% des Français
Nicolas Sarkozy se place en « président protecteur »
François Hollande favorable au mariage gay
Le mariage homosexuel rejeté par l’Assemblée nationale