Election du chef du groupe UMP à l'Assemblée : premier round du match Copé/Fillon

L'âpre bataille pour la tête de l'UMP est lancée. Première étape : le choix du chef de file des députés de droite à l'Assemblée nationale. A travers ce choix, c'est la lutte entre Jean-François Copé et François Fillon pour la tête du parti qui se joue en filigrane.
A lire aussi
Le premier film d'amour lesbien qui révolutionne Bollywood
News essentielles
Le premier film d'amour lesbien qui révolutionne Bollywood


Premier round. Après la sévère défaite de la présidentielle et des législatives, la première étape pour l’UMP est de nommer le chef de son groupe à l’Assemblée, un groupe de députés qui a perdu plus de 100 sièges suite aux derniers scrutins. A travers cette nomination, c’est un autre match qui se joue : celui pour la tête du parti de droite, qui se dispute d’ores et déjà âprement entre Jean-François Copé, Secrétaire général de l’UMP et François Fillon, ex-Premier ministre.

Les candidatures au poste de chef de groupe à l’Assemblée sont ouvertes jusqu’à mardi soir, 18h. Christian Jacob, chef de file des députés UMP depuis 2010 et proche de M. Copé, a officialisé sa candidature lundi, assurant qu’il incarnerait « un quinquennat de combat, de résistance et de reconstruction ». S’il part favori, d’autres sont également dans les rangs. Ainsi, Hervé Gaymard a déclaré sa candidature lundi soir, promettant d’être un président « impartial » face au duel Fillon/Copé annoncé.

Autre candidature tout juste déclarée, celle de Xavier Bertrand, proche de François Fillon, qui a été réélu de justesse dimanche dans l’Aisne. Il a fait sa déclaration mardi matin, se promettant d’être l’incarnation d’« une opposition combative et résolue ». Réélu dans les Alpes-Maritimes, le vice-président du Parti radical Jean Léonetti n'exclut pas non plus de se présenter.

Quant à la tête de l’UMP, pour l’heure, les deux principaux rivaux s’observent avant de lancer l’offensive. Au cœur des débats à venir, la question de la droitisation de l’UMP et de ses valeurs ainsi qu’un retour sur la stratégie du ni-ni ayant marqué le second tour (ni gauche, ni FN). « On va remettre les pendules à l'heure », prévient M. Bertrand, tandis que Jean-Pierre Raffarin impute le double échec électoral à la « dérive droitière » de l'UMP. Quant à Rachida Dati, elle a invité la droite à se « refonder » sur des « valeurs » qui ne « divisent pas ou stigmatisent les Français ».

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Groupes parlementaires : le graal des députés
Nouvelle Assemblée : un nombre record de femmes députées
Résultats des élections législatives 2012 : ce qu'il faut retenir