Carla Bruni-Sarkozy parle enfin : "Je ne m'attendais pas à tant de cruauté"

Carla Bruni-Sarkozy parle enfin : "Je ne m'attendais pas à tant de cruauté"
Carla Bruni-Sarkozy parle enfin : "Je ne m'attendais pas à tant de cruauté"
Dans cette photo : Carla Bruni-Sarkozy
Doucement, par étape, Carla Bruni sort de son silence. L'ancienne Première dame, qui a récemment participé à une émission sur France 2, devrait sortir un quatrième album au printemps prochain. En attendant, elle a accordé un entretien au magazine Elle, revenant sur ses années passées à l'Élysée et sur les nombreuses attaques dont elle a été la cible.
A lire aussi
Keanu Reeves est-il le héros que l'ère #MeToo attendait tant ?
cinéma
Keanu Reeves est-il le héros que l'ère #MeToo attendait...


Si son ex-président de mari semble avoir décidé de poursuivre sa retraite médiatique, Carla Bruni-Sarkozy, elle, est bien décidée à revenir sur le devant de la scène. L'ancienne Première dame a accepter de présider la 152e vente des vins des hospices de Beaune, le 18 novembre prochain, tandis que son quatrième album est attendu au printemps 2013. En outre, elle a décidé de « clore un chapitre » de sa vie. « J’ai besoin de temps en temps de parler moi-même puisque tant d’autres le font à ma place et donnent de fausses informations ! Jusqu’à présent, ma position ne me permettait pas de m’exprimer librement. Aujourd’hui, je le peux », explique-t-elle Et c’est dans le cadre d’un entretien accordé au magazine Elle, à paraître ce jeudi, qu’elle a décidé de s’exprimer, revenant sur ses cinq années passées à l’Élysée, sur les attaques dont elle a été la cible pendant les derniers mois de l’élection présidentielle, mais aussi sur l’avenir de son époux.

Ainsi, alors que depuis plusieurs semaines, la rumeur enfle concernant un supposé retour de Nicolas Sarkozy dans la vie politique, cette éventualité serait en réalité peu probable, à en croire Carla Bruni-Sarkozy. « Je ne suis pas une experte des mouvements de la vie politique », souligne-t-elle cependant, précisant que « c'est lui qui verra, ce sont les Français qui verront ». Toutefois, l’ancien mannequin se dit stupéfaite « que les Français se soient privés de son époux, de son énergie, de sa vision, de son humanité, d'une intelligence et d'une volonté comme les siennes ».

Blessée par les attaques personnelles sur son physique

Concernant la situation de l’actuel couple présidentiel formé par François Hollande et Valérie Trierweiler, elle semble considérer qu’un mariage serait la meilleure solution pour rassurer les Français. Rentrée, elle aussi, à l’Élysée avant d’être mariée à l’ancien chef d’État, elle estime en effet que : « la présidence de la République est un lieu officiel qui implique des situations officielles. Peut-être que je me trompe et que leur choix est moderne, mais, pour ma part, j'ai senti un apaisement véritable de l'inquiétude générale à mon égard lorsque j'ai épousé Nicolas ». Et de tempérer : « Je ne me permettrais pas de donner des conseils à quiconque, je ne parle que de mon expérience, mais il me semble qu'il est plus simple d'être l'épouse légitime du chef de l'État que sa compagne ».

Enfin, Carla Bruni-Sarkozy confie avoir été blessée par les attaques personnelles, sur [son] physique. « Je trouve limite qu’on utilise ces arguments dans le combat politique. Après une grossesse, on est épuisée, surtout à 43 ans. Je ne m’attendais pas à la clémence, mais pas non plus à cette cruauté. Ça a été une période difficile : je voulais soutenir mon mari pendant sa campagne et, en même temps, je ne voulais pas sortir, je ne voulais pas qu’on me prenne en photo, j’avais envie de pleurer de fatigue, j’étais fragile », avoue-t-elle aujourd’hui.

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Défaite de Nicolas Sarkozy : la droite face à elle-même
Carla Bruni-Sarkozy, mère poule et sereine
Carla Bruni-Sarkozy est bien enceinte