Sexisme ordinaire : coaching obligatoire pour le gouvernement

Sexisme ordinaire : coaching obligatoire pour le gouvernement
Sexisme ordinaire : coaching obligatoire pour le gouvernement
Le ministère des droits des femmes a mis au point pour l’ensemble du gouvernement des sessions de formation anti-sexisme. Animées par Caroline de Haas, fondatrice d’Osez le féminisme, ces séances visent à sensibiliser nos ministres sur l’égalité hommes-femmes, chiffres et diaporamas à l’appui.
A lire aussi


Pour un gouvernement de gauche qui se targue d’être paritaire, et qui a recréé un ministère des Droits des femmes, la bourde de Stéphane Le Foll a fait l’effet d’une piqûre de rappel désagréable. Le ministre de l’Agriculture a en effet gaffé en évoquant la parité dans son ministère : « Sur quinze personnes, sept sont des femmes. J'ai tenté de promouvoir des femmes au maximum, bien que nos dossiers soient très techniques. » Mais il semble que la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem avait anticipé le manque de sensibilisation de ses confrères du gouvernement. 

Séances de coaching pour tous

Dans son plan interministériel pour l’égalité hommes-femmes annoncé cet été, Najat V.-B. prévoyait en effet de convoquer l’ensemble des ministres pour aborder les sujets de l’égalité hommes-femmes au quotidien. Les séances de formation sont organisées et animées par Caroline de Haas, la fondatrice et ex porte-parole de l’association Osez le féminisme qui est entrée en tant que conseillère du cabinet de Najat Vallaud-Belkacem. Selon cette dernière, tous les ministres se sont inscrits, ou sont en passe de le faire. Christiane Taubira (Justice), Marie-Arlette Carlotti (Personnes handicapées), Michel Sapin (Travail), et Michèle Delaunay (Personnes âgées) ont même déjà pointé.

Une nouvelle dynamique politique

Au programme de ce coaching d’un nouveau genre : des photos, des chiffres, des exemples concrets du sexisme ordinaire. En 45 minutes, il s’agit de faire « réfléchir » les ministres, montrer que l’égalité hommes-femmes n’est pas encore atteinte en France. Caroline de Haas veut désillusionner les ministres qui auraient tendance à croire que le sujet est dépassé et presque réglé : « Si on ne met pas le doigt dessus, on a du mal à se rendre compte du phénomène », explique-t-elle à l’agence Sipa. Ce genre de session est inspiré du modèle suédois, il vise explicitement à répandre par capillarité la question de l’égalité hommes-femmes dans toutes les composantes de l’exécutif. « On est dans une dynamique politique sur le droit des femmes qui est sans comparaison avec le passé », estime Caroline de Haas.

Cette initiative sera couronnée par la réunion du comité interministériel pour le Droit des femmes, enterré depuis 12 ans, annoncé lui aussi depuis cet été. Il vise à faire plancher l’ensemble du gouvernement sur le sujet de la parité : une réflexion transversale pour lancer le programme d’action 2013-2017 du ministère des droits des femmes.

VOIR AUSSI

Égalite hommes-femmes : Ayrault briefe ses ministres
Hollande contraint de donner un cours de communication à ses ministres
Égalité homme-femme au travail : le congé parental réduit mais mieux rémunéré ?