Rébellion contre le sexisme ambiant à l'Assemblée et au Sénat

Rébellion contre le sexisme ambiant à l'Assemblée et au Sénat
Rébellion contre le sexisme ambiant à l'Assemblée et au Sénat
L'élue PS de l'Oise Laurence Rossignol a décerné à Bruno Sido la « palme du misogyne beauf » jeudi 17 janvier au Sénat alors qu'il commentait hostilement son intervention sur la parité aux élections cantonales. Le même jour, à l'Assemblée nationale, Marie-George Buffet a également fustigé les propos du député UMP Guillaume Larrivé, incapable, selon elle, de concevoir qu'une femme puisse être ministre.
A lire aussi


« Vous venez de dire à mon propos pendant que je parlais de la parité : c'est qui cette nana ? Je souhaite que soit bien inscrit votre nom Monsieur Sido, et je crois que vous avez peut être gagné ce matin la "palme du misogyne beauf" de cette assemblée » : en pleine intervention au Sénat jeudi 17 janvier, Laurence Rossignol, élue socialiste de l’Oise, s’interrompt pour épingler Bruno Sido, sénateur UMP de la Haute-Marne, visiblement amusé et peu atteint par ces propos. Elle a ensuite tweeté un message avec le hashtag #chèrecarlabruni, cher aux féministes :


Le débat du matin qui portait sur le projet de scrutin paritaire pour les cantonales a visiblement été houleux. Peu avant cet accrochage, Christophe Béchu, sénateur UMP du Maine-et-Loire, dont le groupe allié aux centristes s’oppose au projet de loi, avait déclaré : « Ne faisons pas d’obsession sexuelle collective ». Tandis que l’élu du centre Hervé Maurey s’inquiétait du rôle de « gadget » dévolu à un tel scrutin arguant que « beaucoup de femmes risquent de se retrouver dans le rôle de potiches », rapporte Libération.

Guillaume Larrivé également visé

Du côté de l’hémicycle, c’est la députée communiste Marie-George Buffet qui est montée au créneau, rapporte le Huffington Post : « Je voudrais m’adresser à mon collègue qui vient de reprendre la parole en soulignant toutes les qualités intellectuelles de Madame mais qui ne peut pas prononcer Madame la ministre. Il faut vraiment Monsieur le député que vous ayez du mal à accepter que les femmes prennent des responsabilités et que Madame soit une ministre à part entière et pas simplement une sous-ministre derrière le ministre Monsieur Peillon ». Le Huffington Post, qui relate cette affaire, insiste sur la surprise de Guillaume Larrivé, député UMP de l’Yonne, qui ne s’attendait visiblement pas à un tel assaut en pleine Assemblée nationale.



VOIR AUSSI

Sexisme à l'Assemblée : Bernard Accoyer dénonce des accusations infondées
« Femme de la rue » : le sexisme ordinaire filmé en caméra cachée
La Première ministre australienne se révolte contre le sexisme et la misogynie
Les hommes, nouvelles cibles du sexisme ?