Euro 2013 de basket : les Braqueuses publient une tribune pour la parité

Euro 2013 de basket : les Braqueuses publient une tribune pour la parité
Euro 2013 de basket : les Braqueuses publient une tribune pour la parité
Dans cette photo : Laure Manaudou
Trois jours avant que la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem ne présente en Conseil des ministres le projet de loi pour l'égalité entre les hommes et les femmes, l'équipe française féminine de basket ainsi que d'autres sportifs, dont Laure Manaudou et Laura Flessel, ont publié une tribune dans le JDD pour réclamer plus de parité dans le milieu du sport.
A lire aussi
BCE : "La parité ne doit pas être un frein pour la zone euro"
parité
BCE : "La parité ne doit pas être un frein pour la zone...


Machistes les sportifs ? Pour les Braqueuses, l’équipe féminine française de basket emmenée par sa capitaine Céline Dumerc, cela ne fait aucun doute. C’est pour dénoncer le sexisme dont pâtit aujourd’hui le sport tricolore que les basketteuses, accompagnées d’autres sportives et sportifs, ont décidé de publier ce dimanche 30 juin une tribune dans le JDD.

Les Braqueuses ont ainsi profité d’un heureux concours de circonstances : leur présence en demi-finale de l’Euro féminin de basket, diffusée pour la première fois en clair sur une chaîne publique et la présentation, le 3 juillet prochain en Conseil des ministres, du projet de loi pour l’égalité entre les hommes et les femmes par la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem. L’objectif d’une telle tribune ? Dénoncer la sous-représentation féminine dans les instances sportives, mais également celle du sport féminin dans les médias, qui font aujourd’hui bien plus état du sport pratiqué par les hommes.

Dans leur appel à la parité, les basketteuses françaises ont été rejointes par de nombreuses sportives, dont la nageuse Laure Manaudou, la championne olympique d’escrime Laura Flessel ou encore la sprinteuse Christine Arron. Elles ne sont toutefois pas seules dans leur combat : le footballeur Lilian Thuram ou encore le président de l’Olympique lyonnais Jean-Michel Aulas ont également signé l’appel pour dénoncer les inégalités hommes-femmes qui « nuisent au développement du sport en France tout autant qu’elles renvoient une image archaïque de notre société. »

« Ce mépris est insupportable »

Dans leur tribune, les basketteuses s’insurgent : « Pourquoi attendre qu'une équipe de France de basket soit en demi-finale d'un Euro pour qu'elle ait droit à une diffusion en clair ? »
Dénonçant la quasi-invisibilité du sport féminin à la télévision et le « mépris insupportable » que subissent aujourd’hui les femmes dans le milieu sportif, les Braqueuses précisent que le sport féminin, loin d’être « une sous-catégorie honteuse », est plébiscité, à juste titre, par une majorité des téléspectateurs : « 70 % des Français trouvent le sport féminin tout aussi intéressant que lorsqu'il est pratiqué par des hommes. 64% le regarderaient davantage s'il était plus diffusé et 48% s'y intéresseraient encore plus si les entreprises s'engageaient à le soutenir. Alors, qu'attendons-nous ? », demandent-elles. D’autant que ces inégalités entre les hommes et les femmes « sur nos écrans se traduit mécaniquement par des inégalités salariales et dans le sponsoring. »

Dans leur appel, les signataires n’oublient pas que ces injustices hommes-femmes sont également « visibles au sommet, dans les instances. Il n'existe à ce jour qu'une seule présidente de fédération olympique, à l'escrime. Dans les différents bureaux exécutifs ou commissions dirigeantes, les réunions restent très majoritairement masculines. »

Les personnalités ayant signé l’appel ont ainsi un souhait : que le gouvernement, qui présentera le 3 juillet son projet de loi pour la parité, n’en oublie pas le milieu sportif, lui aussi gangréné par les inégalités entre les hommes et les femmes. « Ce mépris est inacceptable. Nous ne comptons pas rester les bras croisés », commentent-elles. Et de conclure : « Une concertation va s'ouvrir. Ne ratons pas cette opportunité historique pour remettre l'égalité et la pluralité au cœur même de nos valeurs. Nous en sommes convaincus, la femme est l'avenir du mouvement sportif. »

VOIR AUSSI

Le sport féminin va-t-il enfin passer à la télé ?
Six femmes en lice pour le titre de "sportif de l’année" décerné par Radio France
Des surfeuses en talons aiguilles contre les compétitions sexistes – vidéo
Sexisme : Bernard Lacombe ne "discute pas football avec les femmes"
Sexisme en F1 : pour Stirling Moss, les femmes n'ont pas "l'aptitude mentale" pour ce sport