Gay pride 2013 : ce que veulent les manifestants

Gay pride 2013 : ce que veulent les manifestants
Gay pride 2013 : ce que veulent les manifestants
Dans cette photo : François Hollande
Ce samedi 29 juin a eu lieu la Gay pride, rebaptisée la Marche des fiertés. Peu après l'obtention du droit de se marier, quelles sont les revendications des participants ? Aller « au bout de l'égalité », comme le clame le slogan de la manifestation. Au programme, procréation médicalement assistée, les droits des transsexuels et la lutte contre les discriminations.
A lire aussi
Manifestation pour le mariage gay : "C'est un sujet rassembleur, pas sectaire !"
mariage & pacs
Manifestation pour le mariage gay : "C'est un sujet...


Ce samedi 29 juin, soit un mois jour pour jour après la célébration du premier mariage gay à Montpellier, se réunissaient militants et sympathisants de la cause homosexuelle à Paris. Des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblé lors d’une marche festive pour aller « au bout de l’égalité ». Car si le mariage gay constitue une avance majeure dans l’égalité des droits des homosexuels, plusieurs questions nécessitent d’être soulevées, et les discriminations restent nombreuses.

Dénoncer le recul sur la PMA

Inscrite dans le programme de François Hollande au même titre que le mariage pour tous, la procréation médicalement assistée (PMA) est pourtant passée à la trappe. Mathieu Nocent, vice-président de l’Inter-LGBT, explique dans le Monde que c’est un des « nombreux combats [qui] restent à mener », rappelant que la Marche des fiertés est « à la fois un jour de fête et de combat ». Un débat qu’il ne serait pas judicieux de relancer si tôt selon un conseiller du président ou la ministre déléguée à la Famille, Dominique Bertinotti, qui estime qu’il « faut que les plaies cicatrisent (…) Sinon, le débat risquerait de partir sur de mauvaises bases ».

Militer pour les transsexuels

Pour Nicolas Gougain, porte-parole de l’Inter-LGBT, le manque de droits des personnes transsexuelles était une autre raison de marcher ce samedi 29 juin. Au micro de France TV, il juge « leur situation déplorable », regrettant que « la France [soit] très en retard sur le sujet ». Les difficultés des transsexuels pour changer leur état civil sont par exemple pointées du doigt. Et en dehors des grosses manifestations telles que la Gay pride, difficile pour une minorité de se faire entendre dans un pays où le clientélisme politique est de mise.

Lutter, encore et toujours, contre l’homophobie

Nicolas Gougain déplore l’expression d’une « homophobie décomplexée » lors des débats sur le mariage pour tous. Car si le mariage pour tous est une grande victoire, il a été entaché par les manifestations médiatisées d’opposants radicaux. Les pancartes des militants rappellent à juste titre que « l’homophobie est un délit, pas une opinion ». La marche contre les stéréotypes et les préjugés s’est cependant déroulée sans heurts, mis à part une intervention des Hommen, sorte de pendant masculin des Femen farouchement opposé au mariage pour tous. Leur ambition, explicitée dans une vidéo, était de ravir la vedette « aux gays obscènes ». Torse nu mais le visage masqué, ils ont déployé une banderole depuis un balcon sur le parcours de la marche.


Des dispositions spéciales avaient été prises par la préfecture de police, même si Bertrand Delanoë a précisé que depuis sa première participation à l'événement en 1995 « il n’y jamais eu de rassemblement haineux ».

Victoria Houssay

VOIR AUSSI

Gay Pride : le défilé interdit à Moscou pour la 7e année consécutive
Etats-Unis : les soldats américains en uniforme à la Gay Pride
FMI : Christine Lagarde aborde l’homosexualité de son cousin dans un spot gay-friendly
Emploi et homosexualité : les grandes entreprises s'engagent contre les discriminations