Masturbation enseignée en maternelle, ces SMS qui enfument les parents

Masturbation enseignée en maternelle, ces SMS qui enfument les parents
Masturbation enseignée en maternelle, ces SMS qui enfument les parents
Une campagne de SMS alerte les parents d’élèves au sujet de prétendus cours d’éducation sexuelle et de masturbation dispensés à l’école et les incite à ne pas envoyer leurs enfants en classe. Une véritable opération d’intox lancée par des groupuscules d’extrême droite qui ont fait de la lutte contre ce qu'ils appellent la « théorie du genre à l'école » leur nouveau cheval de bataille après le mariage gay.
A lire aussi


C’est le journal Ouest France qui relate les faits, confirmés par plusieurs directeurs d’école rennais : « Depuis quelques jours, suite à l'envoi de mystérieux SMS, des enfants ne sont pas venus en cours ». A l’origine de cet absentéisme inquiétant, une fausse rumeur relayée par SMS au sujet de soit-disant cours d’éducation sexuelle et de masturbation dispensés à l’école. Quelques parents, avertis de cette manière, ont préféré, par prudence, ne pas envoyer leurs enfants à l’école. On retrouve la même situation à Strasbourg, où, rapporte Le Figaro, de nombreux parents ont suivi le mouvement.

Comme l’explique Libération, ce phénomène n’est pas anodin et pourrait se propager dans d’autres régions françaises. En effet il s’agit d’une campagne d’intox orchestrée par des groupuscules d’extrême-droite qui, dans la continuité du mouvement anti-mariage gay, ont décidé de s’attaquer à l’enseignement de ce qu’ils appellent la théorie du genre. A l’origine de ce mouvement, l’écrivaine Farida Belghoul, proche de l’essayiste Alain Soral et de son association « Égalité et Réconciliation ». Cette ancienne militante communiste, désormais proche de l'extrême-droite, se propose d’instituer des « Journée de retrait de l’école » une fois par mois et organise le boycott sur les réseaux sociaux et via des SMS


Les ateliers « ABCD de l’égalité » visés par cette campagne d'intox


En ligne de mire des opposants à l’enseignement de la supposée « théorie du genre à l’école », les ateliers « ABCD de l’égalité » qui vont être mis en place dans quelques établissements. Ce dispositif, lancé par Vincent Peillon et Najat Vallaud-Belkacem, a pour vocation de lutter contre les stéréotypes sexués dès l'école pour favoriser, plus tard, l'égalité hommes-femmes. L’initiative s’appuie sur les nombreuses études qui ont montré que l'école véhicule beaucoup de stéréotypes nuisant aux filles comme aux garçons.

Les anti-« gender » font, en effet, l’amalgame entre les « ABCD de l’égalité » et un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) rédigé en 2008 prônant une meilleure éducation sexuelle des enfants afin de garantir leur santé sexuelle. Il n’est pourtant pas question de sexualité au cours des ateliers lancés dans quelques classes de maternelle et de primaire, affirme-t-on au service de presse du ministère du Droit des femmes, contacté par Libération.

Farida Belghoul doit prochainement tenir une conférence sur le « Gender » en compagnie de Béatrice Bourges, figure du Printemps Français et signataire du « Manifeste des intellectuels du peuple destiné au parents d'élèves » initiée par l’écrivaine, précise Le Figaro.

VOIR AUSSI

Printemps Français : Béatrice Bourges crée la polémique sur Twitter le jour de Noël
Najat Vallaud-Belkacem retourne à l'école pour lutter contre le sexisme
La théorie du genre inquiète deux députés UMP

Dans l'actu