Femen : seins nus, les féministes 4e génération débarquent en France

Femen : seins nus, les féministes 4e génération débarquent en France
Femen : seins nus, les féministes 4e génération débarquent en France
Engagées pour les droits des Hommes et surtout des femmes, la démocratie et la liberté, les militantes de Femen protestent dans les rues seins nus. Ce groupe d'activistes ukrainiennes fait des émules et débarque en France pour donner un autre visage à la « quatrième vague féministe ».
A lire aussi
Seins nus, une Femen prend la pose devant l'autel de La Madeleine à Paris
religion
Seins nus, une Femen prend la pose devant l'autel de La...


La réappropriation du corps par soi-même : c’est en substance la raison pour laquelle les féministes de Femen font entendre leur voix seins nus. Ce mouvement de contestation est né en 2008 en Ukraine, où la liberté des femmes est régulièrement bafouée. Femen, qui veut dire « cuisse » en latin, s’impose progressivement dans les médias et dans leur pays d’origine à grand coup de slogans peints à même la poitrine découverte. De la prostitution à la corruption en passant par le capitalisme et le tourisme sexuel, ces femmes s’élèvent contre toutes les thématiques liberticides. Leurs membres font des émules en Europe avec la propagation 2.0 de leur combat.

Mi-septembre, elles ont d’ailleurs débarqué à Paris, où elles ont créé le premier centre d’entraînement de féministes international dans les locaux du Lavoir moderne, à la Goutte d’Or à Paris. A l’appel de « Vas-y ! Déshabille-toi et gagne », une vingtaine d’entre elles, dont l’une des fondatrices ukrainiennes du mouvement Inna Schevenko, ont arpenté ce quartier populaire de la capitale avant de gagner leurs locaux.


Un féminisme trash, excessif et pourtant si glamour...
Ce n’est pas la première fois que les Femen investissent la capitale : en octobre 2011, quatre activistes déguisées en soubrette ont manifesté devant le domicile parisien de DSK pour soutenir Nafissatou Diallo en scandant « Fuck me in Porsche Cayenne » ou « La honte ne part pas au lavage ». Puis en mars, rebelote : elles occupent le parvis des droits de l’Homme, appelé aussi le Trocadéro, recouvertes d’une burqa. Puis pour défendre la liberté des femmes musulmanes, elles retirent le vêtement et se retrouvent seins nus en criant « plutôt à poil qu’en burqa ». Enfin, dernier coup d’éclat en date sur le sol français : en juin lors de l’Euro de football en Ukraine et en Pologne, elles envahissent les abords de l’ambassade d’Ukraine pour protester contre la prostitution exacerbée pendant la compétition sportive.

Sur la scène internationale, des groupes Femen se fondent au Brésil, en Tunisie, en Suisse ou encore en Italie pour imposer ce féminisme radical, excessif, trash et pourtant si glamour. Car certes, elles ont le verbe haut, les seins à l’air, le corps prêt à combattre, mais portent aussi en étendard une couronne de fleurs comme pour rappeler qu’elles continuent à croire en un monde meilleur.

Laure Gamaury


Crédit photo : Femen

VOIR AUSSI

Femen : la militante tronçonneuse de croix activement recherchée
Ukraine : les féministes topless torturées par des agents du KGB