Chômage : on ne pourra pas rester sous les 10% en 2013 selon l'OFCE

Chômage : on ne pourra pas rester sous les 10% en 2013 selon l'OFCE
Chômage : on ne pourra pas rester sous les 10% en 2013 selon l'OFCE
Lors de son intervention au JT de TF1 dimanche soir, François Hollande a laissé entendre que la courbe du chômage pourrait s'inverser d'ici un an. Alors que le seuil des trois millions de chômeurs est désormais franchi et que l'emploi est la principale préoccupation des Français, est-ce vraiment réalisable ? Nous avons posé la question à Mathieu Plane, économiste au département analyse et prévision de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).
A lire aussi
Chômage : les indemnités des cadres pourraient être réduites
chomage
Chômage : les indemnités des cadres pourraient être...

Terrafemina : Le ministre du Travail Michel Sapin a annoncé dimanche 2 septembre que le seuil des trois millions de chômeurs était désormais franchi. Comment expliquez-vous cette hausse constante ? Ces chiffres vont-ils continuer à augmenter dans les mois à venir ?

Mathieu Plane : Les variations du chômage sont liées à l’activité et à la croissance. Pour qu’il y ait création d’emplois, il faut une croissance supérieure à 1%, mais pour faire baisser le chômage, il faut que celle-ci atteigne 1,5%. En effet, ces chiffres doivent prendre en considération l’augmentation de la population active, qui chaque année compte 150 000 travailleurs supplémentaires. Avec une croissance à 0,8% en 2013 - et nous trouvons ce chiffre plutôt optimiste - le chômage ne peut donc qu’augmenter dans les mois à venir…

Tf : François Hollande a déclaré hier lors de son intervention au JT de TF1 : « Nous devons inverser la courbe du chômage d'ici un an ». Les emplois d’avenir et les contrats de génération suffiront-ils à inverser cette courbe selon vous ?

M. P : Les politiques d’emplois, les contrats de générations et les emplois d’avenir vont contribuer à absorber la hausse du chômage, mais pas à inverser la tendance. On ne pourra pas ne pas passer la barre des 10%. François Hollande est contraint par la stratégie budgétaire européenne : il ne peut pas à la fois réduire le déficit et réduire le chômage. Les 30 milliards qu’il souhaite dégager auront un impact sur l’activité et donc sur la croissance. Avec le peu de moyens dont il dispose, on peut dire que ce sont des mesures efficaces, mais certainement pas suffisantes pour inverser la tendance sur un an. En revanche, en 2014, si on retrouve effectivement 3% de déficit, on devrait avoir un peu de croissance et donc voir le chômage baisser.

Tf : François Hollande a par ailleurs annoncé que la défiscalisation des heures supplémentaires serait maintenue dans les PME. Cette mesure a été extrêmement controversée. Peut-elle participer à réduire le chômage ?

M. P : C’est une très bonne idée de les avoir supprimées ! C’est une mesure qui n’était absolument pas adaptée à la situation actuelle. Les heures supplémentaires font concurrence à l’emploi. Elles les détruisaient. Certes, le gain de pouvoir d’achat dû à la défiscalisation des heures supplémentaires était créateur d’emploi, environ 43 000. Mais l’augmentation du travail, et donc la non-création d’emplois, voire le licenciement de certains, en détruisait 73 000. C’était donc 30 000 emplois de moins chaque année. Pour conserver les emplois, il faut au contraire réduire la durée du travail…

Crédit photo : AFP/ Archives

VOIR AUSSI

François Hollande : les 5 points à retenir de son intervention au JT de TF1
François Hollande au JT de TF1 : quelles sont les attentes des Français ?
Les 100 jours de Hollande : premier bilan en 5 points