Tarif EDF : Pourquoi les prix vont-ils augmenter de 30 euros ?

Tarif EDF : Pourquoi les prix vont-ils augmenter de 30 euros ?
Tarif EDF : Pourquoi les prix vont-ils augmenter de 30 euros ?
Dans cette photo : Ségolène Royal
Après le cafouillage du gouvernement au sujet du prix de l’électricité, il semble que la facture EDF des foyers français s’apprête bel et bien à augmenter. En cause, l'annulation  d'un arrêté du précédent gouvernement qui plafonnait à 2% la hausse des tarifs de l'électricité.
A lire aussi
Valérie Petit : "Pourquoi j'ai déposé l'amendement 'parent 1-parent 2'"
News essentielles
Valérie Petit : "Pourquoi j'ai déposé l'amendement...


Alors que la ministre de l’Écologie et de l’Énergie, Ségolène Royal, annonçait en juin dernier l’annulation de la hausse de 5% des tarifs de l’électricité, il semblerait que les Français devront, quoiqu’il arrive, rogner sur leur pouvoir d’achat pour régler leur facture EDF. En effet, il y a quelques jours, Le Parisien révélait que quelques 29 millions de clients, soit 92% des ménages, allaient devoir débourser 30 euros supplémentaires.

>> EDF : pas d'augmentation des prix durant l'été 2014 <<

Cette somme serait le résultat d’une décision du Conseil d’État qui a invalidé en avril dernier la limitation de hausse à 2% des tarifs de l’électricité voulue par le gouvernement Ayrault. Instaurée il y a deux ans, cette mesure valait pour la période d’août 2012 à août 2013. Problème, si l’exécutif - qui fixe les prix de l’électricité - avait à l’époque souhaité préserver le portefeuille des ménages, le Conseil d’ État a lui a estimé que « cette augmentation n’était pas suffisante pour couvrir les coûts de production d’électricité, ce qu’impose pourtant la loi », note Le Parisien.

Hausse de l'électricité de 30 euros : vers un étalement sur 18 mois ?

Récemment, Ségolène Royal a toutefois fait savoir qu’elle négociait avec EDF pour un étalement de cette hausse des tarifs. « Nous demandons que ce rattrapage se fasse non pas en une fois mais sur dix-huit mois afin de lisser la dépense pour les ménages. Cela leur permettra de ne verser que 1,50 € supplémentaire par mois sur leur facture de cette période. Ce qui aboutira à un remboursement de 27 € au total en moyenne, étalé sur dix-huit mois et non-reconductible », a-t-elle expliqué au Parisien.